Weekend “letterario” a teatro tra Dini, F e Cristicchi – Teatro

Du “Ghiaccio” dell’anima de Byron Lavery au “Padri e figli” d’Ivan Turgenev. Et ancre, de “Libri da ardere” d’Amélie Nothomb à “Storia di un’amicizia”, ​​​​du multi-récompensé “L’amica geniale” d’Elena Ferrante. Sono alcuni degli appuntamenti théâtrale en scène le week-end prochain. TORINO – Tre vite e un’esistenza avvolta nel freddo ghiaccio della conservazione, della determination a sopravvivere. Rhona, seize ans, partage en portant alla nonna delle cesoie da giardino. Nancy, la mère, vit i giorni, i mesi, gli anni che seguono sono figée dans son espoir au bord de la rivière. Vent’anni dopo, suite à l’examen de Rhona et d’autres fois, le tueur en série Ralph rencontre la psychiatre Agnetha. Filippo Dini porte pour la première fois en Italie “Ghiaccio (Frozen)”, le texte multi-primé du dramaturge anglais Bryony Lavery, qui, inspiré d’une histoire vraie, aborde le thème du “sopravvivere” et du pardon. Dans prima Nazionale al Gobetti, selon Dini, qui a également signé le royal, avec Mariangela Granelli et Lucia Mascino. Fin le 10 avril. MILANO – Roberto Valerio met en scène sa vision audacieuse et contemporaine de “Zio Vanja”, le capolavoro d’Anton Čechov, que cet auteur considérait comme une commedia, presque un vaudeville in cui i personaggi annaspano nella noia perdendosi in sterili fantasie. Dans cartellone al Franco Parenti avec Giuseppe Cederna et Vanessa Gravina, i personaggi oscille entre réalisme et onirisme, dramma et commedia, risate e pianti. Ognuno déclame i propri sogni e sofferenze ; ognuno anela al bello, al riscatto, all’amore. Tutti però sono incapaci di agire. Fin au 27 mars.
MILAN – Une ville d’un pays européen, dans un hiver froid de guerre, se débat dans le morse d’un siège. Un illustre professeur de littérature ospita, dans sa maison ancrée dans la pierre, l’assistant Daniel et une giovane allieva. La situation d’urgence modifie brutalement ce microcosme. Dopo il debutto nel 2008 e il riallestimento nel 2018, renvoie l’ancre à “Libri da ardere” d’Elfo Puccini, le spécial que Cristina Crippa a traité dall’only testo per il theatre of Amélie Nothomb e che, oggi che le bombe e il gelo colpiscono Karkiv et kyiv, devient dramatiquement actuel. Avec Elio De Capitani, Angelo Di Genio, Carolina Cametti. Fin le 10 avril.
GENOVA – Fantasmi, risate, flashback, trucchi magici, indagine storica, Shakespeare et l’Italia Risorgimentale. C’è tutto questo in “Lady Macbeth – Suite per Adelaide Ristori”, spettacolo che Elisabetta Pozzi, diretta da Davide Livermore, dédie alla Ottocentesca diva théâtrale, di cui si célèbre il bicentenario della nacita. Un voyage, sul palcoscenico del Gustavo Modena, à travers le passé et le présent d’une actrice célèbre sur les cinq continents, imprentrice di sé stessa, icône glamour, esempio de emancipazione femminile, amata dal popolo come da regine e capi di stato. E con una schiera di personaggi fittizi or really esistiti, da Cavour alle streghe di Macbeth, da Eleonora Duse ad Alexandre Dumas e Giuseppe Verdi. Mais alla Lady del Macbetto di Giulio Carcano, l’adaptation en version italienne célébrée dans le monde par les Ristori Fino le 3 avril. BOLOGNE – All’Arena del Sole est le théâtre d’un marathon piccola dédié au trent’anni de la compagnie Fanny & Alexander, fondata da Chiara Lagani e Luigi De Angelis en 1992 à Ravenne. Si cette partie sera avec “Sylvie e Bruno”, la favola contemporaine traite généreusement le livre de Lewis Carroll, mais je continuerai samedi avec “Storia di un’amicizia”, ​​​​le multi-primé “L’amica geniale” par Elena Ferrante (Ed. E/ OR). Sur scène Chiara Lagani et Fiorenza Menni, mise en scène de Luigi De Angelis. I due spettacoli sono le primer tappe del più ampio progetto TrentaF&A!. Il 23 et 24 mars; les 26 et 27 mars.
ROME – Pour le 700e anniversaire de la mort de Dante Alighieri Simone Cristicchi signe avec Manfredi Rutelli “Paradiso. Dalle tenebre alla luce”, in cartellone alla Sala Umberto. Patronage du Comitato Nazionale per le celebrazioni, lo spettacolo èun viaggio interiore dall’oscurità alla luce, atraverso le potenti voci dei mistici di ogni tempo. Musique originale de Cristicchi avec Valter Sivilotti. Très bien le 3 avril. NAPOLI – Matérialiste, anti-traditionaliste et toujours contre : un nichiliste. Donc, si vous définissez l’étudiant en médecine Bazarov, le protagoniste ruvide et complexe de “Padri e figli”, la romance de l’écrivain russe Ivan Tourgueniev, qui est arrivé sur scène au Mercadante en bonne et due forme, dans la traduction et l’adaptation de Fausto Malcovati et Fausto Russo Alesi (che cura alche la regia). Écrite en 1862, c’est une photographie du conflit générationnel qui domine la Russie conservatrice et patriarcale de l’époque. Ai père, légué à un monde aristocratique et privilégié, si contrappongono i figli, più Democratici et impegnati pour construire un monde perroquet “senza”: senza illusioni, senza autorità, senza falsi idoli. Fin au 27 mars.

.

Leave a Comment