Weekend a teatro con Accorsi, Popolizio e Rubini – Teatro

De Stefano Accorsi au Duce di Massimo Popolizio, en passant par Fellini et l’anniversaire de Pier Paolo Pasolini. Sono alcuni degli appuntamenti théâtrale en scène le week-end prochain. ROME – Stefano Accorsi, star du grand schermo, contre Daniele Finzi Pasca, registraire international qui dans sa carrière a signé la cérémonie olympique et le spectacle du cirque du soleil, également dans son théâtre Sunil. Il est né “Azul – Gioia, Furia, Fede y Eterno Amor”, écrit et réalisé par Daniele Finzi Pasca, avec Luciano Scarpa, Sasà Piedepalumbo et Luigi Sigillo, da venerdì all’Ambra Jovinelli. Protagonisti, quattro amici che fanno i conti con le loro rispettive vite, tra ricordi e una serenità andata a pezzi. Nella loro semplicità, ils ont qualcosa di singulare e unico che li accomuna : la passione folle per la squadra del cuore e infanzie originali, quasi fiabesche. Du 4 au 13 mars.
ROME – Diciotto attori per raccontare, dans trente quadri, l’ascesa di Mussolini, dalla fondazione dei fasci di combattimento, en passant par Marcia su Roma, bien à la discorde au Parlement du 3e Gennaio 1925 et il dilagare dello squadrismo. Dalle page del romanzo storico di Antonio Scurati, Massimo Popolizio porta da venerdì all’Argentina “M – Il figlio del secolo”. Une histoire qui n’est pas connue de beaucoup, dont le personnage principal était le fondateur du fascisme au moins autant que son premier : Marinetti, D’Annunzio, Margherita Sarfatti, les antagonistes Nicola Bombacci, Pietro Nenni et Giacomo Matteotti, Italo Balbo et l’ensemble de campagne. Accanto a Popolizio, qui signe également le royal, Tommaso Ragno et Riccardo Bocci, Gabriele Brunelli, Tommaso Cardarelli, Michele Dell’Utri, Giulia Heatfield Di Renzi, Raffaele Esposito, Flavio Francucci, Francesco Giordano, Diana Manea, Paolo Musio, Michele Nani , Alberto Onofrietti, Francesca Osso, Antonio Perretta, Sandra Toffolatti, Béatrice Verzotti. Du 4 mars au 3 avril.
ROME – Roberta Caronia est “Giulietta”, de l’histoire de Federico Fellini qui en 1965 a réalisé le film “Giulietta degli spiriti”, directement à la Sala Umberto da Valter Malosti, signé par Vitaliano Trevisan. Scritta tutta in soggettiva en tant que protagoniste flusso di coscienza della, la pièce a été donnée sur scène en 2004, toujours grâce à Malosti, récompensé par l’Hystrio alla regia. Dans palcoscenico, una struggente favola psicanalitica sull’identità frammentata. Fin au 6 mars.
MILANO – C’est avec un mois entier de réplique, da domani agli Arcimboldi, que la comédie musicale de la comédie musicale revient sur scène : “Notre Dame de Paris”, avec laquelle Riccardo Cocciante a joué le capolavoro de Victor Hugo, festeggia i suoi primi vent’ anni di successi en tournée. À l’occasion, le protagoniste est l’intégralité de la distribution originale du premier cousin, avec Lola Ponce à nouveau dans le panni d’Esmeralda et par Giò Di Tonno – Quasimodo, Vittorio Matteucci – Frollo, Leonardo Di Minno – Clopin, Matteo Setti – Gringoire, Graziano Galatone – Phoebus , Tania Tuccinardi – Fiordaliso. Du 3 mars au 3 avril.
BOLOGNE – À l’occasion du centenaire de la naissance de Pier Paolo Pasolini (Bologne, 5 mars 1922 – Rome, 2 novembre 1975), ERT / Teatro Nazionale consacre six années d’écriture au poète, écrivain et enregistreur, l’amenant au théâtre, à travers la vision de certains artistes et studios italiens importants. Tra gli appuntamenti all’Arena del Sole, Elena Bucci porte et panni du visage amical du poète, Laura Betti, dans le spettacolo “Bimba ’22. Inseguendo Betti e Pasolini”. Alors qu’Ascanio Celestini est sur scène avec son nouveau spettacolo, “Museo Pasolini”, a voyagé dans un hypothétique espace espositif dédié à l’écrivain, à travers le témoignage d’un historien, d’un psychopathe, d’un auteur, d’un lecteur, d’un criminologue et d’un témoignage che l ‘a rencontré. Fin au 6 mars.
BARI – Debutta domani al Piccinni avec “Ristrutturazione, ovvero disavventure casalinghe raccontate da Sergio Rubini”, testo che l’attore interprète et signe quattro mani avec Carla Cavalluzzi. Un récit autobiographique qui parcourt l’odyssée d’un restyling d’appartement, avec son parcours typique d’architetti et d’ingegneri, d’alarmisti et d’idraulici, d’operai et de condominium. Une pléthore de personaggi compétents et incapables, fidèles et truffaldini, scansafatiche ed operosi fine all’exaltazione che si avvicendano nella vita dello sfortunato padrone di casa stravolgendola senza pietà. Du 3 au 6 mars.
AVERSA (CE) – Année 1984, Barcelone, ​​dernière année des marchés du calcium. Due “sciarmati” étaient présents avec le plus grand imprimé manageriale e sportiva del XX secolo. Non hanno mezzi, non hanno possibilità, eppure ci riescono. I due leaders improbables, chiusi da 59 giorni in a camera d’albergo, attendono da Napoli a telefonata: la conferma che i soldi per Diego Armando Maradona ci sono. Debutta così “Cazzimma&arraggia”, testo di Fulvio Sacco e Napoleone Zavatto, in prima nazionale al Nostos Teatro, per raccontare, più di 30 anni dopo, “la plus grande imprimé manageriale sportiva del XX secolo: Diego Armando Maradona a Napoli”. Protagonistes, Errico Liguori et Fulvio Sacco. Il 5 et 6 mars.

.

Leave a Comment