Volley, Superlega: Rinaldi protagonista, Cisterna centra il colpaccio a Modena

Le Top Volley conquiert le tie break 2 points décisifs dans la corsa salvezza. Il giovane talentueux meilleur buteur d’azzurro avec 24 points

Modène-Cisterna 2-3 (31-33, 12-15, 25-19, 25-17, 8-15)

Cisterna a gagné avec mérite calpestando ciò che resta di una squadra che vorrebbe lottare per lo scudetto, protagoniste stasera di una gara a tratti imbarazzante. Pour Modène, il n’y a pas de problème de legato alla possibilità di arrivare al terzo posto (arriverà quarta) mais ce sera que di rialzare un gruppo a terra, con il suo uomo più rappresentativa, Ngapeth, fuori condizione. Emblématique tie break dove dopo il changement de terrain (8-8) Modène est parti avec zéro punti. Le premier set a fait un long marathon, l’ancien chiude Rinaldi qui aime beaucoup donner son 33 à 31 inaspettato au moins alla vigil, mais pas à cause de ce que j’ai vu dans le set initial avec Cisterna avanti dalla metà in poi, capace pop di resistere au timide ritorno dei gialloblù. Concernant la quali, ce n’était pas passédata inosservata l’imprecisione de Bruno L’ace di Nimir riporta sotto Modena (16-17) ma è un fuoco di paglia perché con la battuta vincente di Dirlic gli ospiti vanno avanti 16-19. Modène récupère 23 pari sull’alzata di Ngapeh par Leal. Si gioca point à point, Cisterna riceve et diffère par le caractère. L’ace di Nimir donne le coup de pied arrêté à Modène (24-23). Si vous partez après 30 toujours avec les Néerlandais qui réduisent la distance plus soudainement, ils offrent agli ospiti un’altra palla set che la sfruttano con Rinaldi. L’ancre Cisterna pour poursuivre avec le mur de Bossi son Ngapeth et l’erreur d’Abdel Aziz (6-9), Leal envahit 7-12, Dirlic rigioca il 7-13. Modena è in bambola, Giani changes Leal with Van Garderen ma forse il change giusto, also per dare una scossa, sarebbe quello di Bruno. Modène ne passe pas plus e sul 10-19, pared di Bossi su Mazzone, il PalaPanini inizia a fischiare. Gollini défend le départ de son cousin du match sul 12-20, à la démonstration que la staffetta fonctionne aussi peu. Rinaldi segna l’ace de 12-22, le parziale finale est ummiliante : 12-25 col palaPanini che prima applaude Rinaldi per l’ace che chiude il set e poi fischia i gialloblù al change field. Dans le troisième Giani riparte avec Van Garderen, Leal et Sanguinetti, avec Ngapeth et Mazzone en panchina. La première erreur de la squadra di Soli a été valgono à Modène il 6-2. Leal soprattutto trova un peu de rythme, avec lui Abdel Aziz. Modène avait 7-8 points d’avantage, perdant l’un d’eux par strada ma chiude 25-19 avec l’ace di Nimir. Modena si rimette in carreggiata et porte la gara au tie break. Come detto in the cinquième, sull’8 pari, change field ei gialloblù spariscono e Cisterna chiude 15 to 8.

Ravenne-Vérone 1-3 (21-25, 15-25, 26-24, 20-25)

Vérone profite de la joie qui reste sur le calendrier et avec le 3-1 sulla già retrocessa Consar Rcm, ancora senza vittorie, si avvicina alla salvezza e sogna addirittura i playoff. Invece i romagnoli stanno già pensant alla ricotruzione, très probablement en A2 et avec Marco Bonitta dotato di carta bianca. In quest’ottica vanno letti gli inserimenti prolungati di Bovolenta ed Orioli, while prolungare la gara ci hanno pensato Vukasinovic ma soprattutto il solito Klapwijk. Je migliori, communiquer, sono stati Jensen e Mozic avec une performance staffetta. Cronaca. Vérone n’a pas réussi scherzi e lo fa subito vedere (1-4), car lorsque Ravenne a tenté de rouvrir un mur invalide (già 4 sul 5-10), ma trova por la risposta di Klapwijk avec trois as consécutifs. Il pari ruolo Jensen rend le pain per focaccia e porta i suoi sull’11-16, ma la Consar si sbuccia le ginocchiere per rimontare subito tre punti e try to have the set open. Fatica inutile, però, perché i veneti ripartono avec Jensen petit cousin des débuts d’Alessandro Bovolenta casalingo e chiude alla seconda opportunità avec le stesso danois dalla seconda linea. La Consar impatta bene il secondo set e no lascia scappare gli ospiti fino al 5-5, poi mais Verona revient pour élever le mur et Zanini est costretto au timeout et ad insert Queiroz in regia. Jensen, però, sfodera un champion de colpi d’attacco da applaudis et reste un irrisolto rebus par les différents Romagnols (10-15). I pochi fedelissimi (ou masochisti, selon le point de vue) superstiti al De André dopo a championnat sbagliato fin dall’iscrizione si risvegliano when Bovolenta piazza l’ace del 12-18, ma è l’ultimo sussulto de un set che Verona vince dans pantofole chiudendo alla prima occasione avec Aspahurov. Troisième set avec Ulrich (discret) pour Ravenne qui démarre bien le mouillage (3-1, 5-5) même si le livello général est plus tardif. Le Consar va de l’avant avec Klapwijk et ça reste bien à 18-17, car une pause de 0-3 arrive que però non scoraggia i padroni di casa che vanno a prendere i veneti e vanno addirittura sul 25-24 sui servizi di Bovolenta ( bravo aussi in difesa) e chiudono avec un cadeau de Magalini. Vérone était dans la confusion et sbaglia tellement en début de quatrième (5-4), car Raphaël l’a rencontré un peu dans l’ordre et il était proche et proche d’allungare. Ancres inutilement, mais j’ai raté le Consar s’il démarre sur 14-15 ma car il cède physiquement et permet à Vérone de rester à l’écart et de continuer avec l’ancien Courtesy. Sandro Camerini

.

Leave a Comment