Udinese-Inter 1-2: Perisic, Lautaro e Pussetto, Inzaghi resta a meno 2 da Pioli

Je nerazzurri vanno sul 2-0 pori soffrono un peu dans la finale par le rete di Pussetto, ma restant au moins grâce à la squadra di Pioli

De notre invitation Davide Stoppini

Le championnat est ancre vivante, le scudetto est a partita tutta da giocare. C’est le green du match à Udine : l’Inter passe 2-1, mais au final la tentative de revenir de l’équipe de Cioffi répond de la plus belle des manières au succès milanais, le rendant moins dû aux Rossoneri. Merito delle reti de Perisic et de Lautaro nel primo tempo, che rendono innocuo il goal de Pussetto della ripresa. Ce fut un lourd succès pour Inzaghi, après le Bologne dépassé.

TEMPS PRINCIPAL

L’Inter scende dans le champ avec le poids psychologique d’une victoire de dernière minute du Milan : l’espoir d’un aggrancio in testa diventa invece a gara da iniziare avec un -5 en classifica. Ma la squadra di Inzaghi a donné crederci, non fandosi influenzae. Udinese a affecté la 5e minute avec une conclusion de Pereyra après un succès, bien pour Handanovic, qui s’est remis du douloureux forfait de ski de Bologne. Ma à 12 ‘l’Inter è già avanti: angolo di Dimarco, sul primo palo Perisic sbuca tra Success e Becao et infila Silvestri. En toile de fond, juste comme mercredi à Bologne, s’ancre un retour au sternum croate et aprire le mercature. Qui però l’Inter non cade nello stesso errore. L’Udinese se relance presque nerveusement, avec une conclusion donnée à 20 mètres par Walace que Handanovic a claquée. I nerazzurri però controllano le advance degli uomini di Cioffi senza grossi problemi. Peraltro, l’entraîneur frioulan, perd bientôt le succès, auquel il a affirmé avoir concouru pour couvrir son Brozovic : à l’intérieur de Pussetto. Dimarco ancora protagoniste, tra i migliori à domicile Inter. Pericoloso à 17 ‘lorsque ruba palla a Molina e poi affonda fino a trovare la respinta di Silvestri. Poi il difensore di Inzaghi è provvidenziale su Pussetto – minute 30 – sa croix di Deulofeu dalla sinistra. A 37’ l’épisode clé de la première fois : l’Inter manovra al limite, Barella trova un’imbucata geniale per Lautaro, il tocco sotto dell’argentino è respinto da Silvestri, sulla palla vagante si avventano Dzeko e Pablo Mari, il bosniaco sposta il pallone e va a terra. L’arbitre Chiffi prima lascia giocare, poi richiamato dal Var Banti rivede l’azione et concède il rigore. Su dischetto va Lautaro, giallo nel giallo : il destro del Toro finisce sul palo, poi il suo tap-in di testa fissa il 2-0. Pas pour l’arbitre Chiffi, qui annulla perché pas s’il est d’accord avec le tir de Lautaro in realtà è stato da Silvestri toccato avec sa main destra dopo essere finito sul palo. Autre sujet, autre intervention provisoire du Var che spinge Chiffi à valider.

DEUXIÈME TEMPO

Nell’intervallo Cioffi remplace Arslan par Samardzic. Subito l’Inter ad aver la chance par chiudere il discorso : minute 6, Gagliardini detta il rinvio ad Handanovic et avec une sponda di testa innesca Dzeko, che a tu per tu con Silvestri conclut malissimo con il sinistro. Udinese essaie de forcer, chiude l’Inter nella propria metà campo ma quasi mai senza rendersi vraiment pericole. Et ‘piuttosto la squadra di Inzaghi, en contropiede, pour créer l’occasion pour le troisième but : à 14 ‘altra giocata di Perisic che innesca un centre de la région de Lautaro, la conclusion avec le sinistro vient ribattuta en angolo da Becao. I minuti passano, l’Udinese arrive bien bien alla trequarti Inter ma non trova mai la giocata par entrée dans la zone. Une chance ci sarebbe arrive à 27′ : Punizione di Deulofeu dai 20 metri, Handanovic arrive pour respingere propre voisin à la sette, sul pallone arrive Udogie che innesca Pussetto per il tap-in à l’intérieur de la zone piccola. All’improvviso, le résultat revient en discussion. Inzaghi opère un triple changement : à l’intérieur de Vidal, Sanchez et Correa pour Gagliardini, Dzeko et Lautaro. Cioffi invece mette à l’intérieur de Soppy per Molina. Correa a levé une chance : minute 31, l’ancrage de Perisic est malchanceux, ça passe bien au fond de sa sinistra, mais le tir vient de Silvestri. Au sein de D’Ambrosio per Dimarco, la copie du gara est également écrite par l’Inter prouve un schiacciare non farsi. A 33′ annullato l’1-3 di Vidal, risultato ancora in bilico. Cioffi ci crede, l’Inter non gestisce bene le ripartenze, l’Udinese ha energie ancora da spanere. Handanovic sbroglia une situation délicate dans la zone, Inzaghi è pur costretto pour changer une substitution en corsa : à la ruée vers la finale à l’intérieur de Vecino par l’unfortunato Barella e non Gosens par Perisic. Cinq minutes de récupération, l’Udinese colleziona calci piazzati ma non tira mai in porta. Dall’altro lato è invece Sanchez ad addormentare la parteta ayant il pallone sulla bandierina tra possesso palla e angoli consecutivi. Non c’è più tempo. 270’ après la fin, le scudetto balla ancora à travers le due anime di Milano.

.

Leave a Comment