Ucraina: Draghi, a lavoro con la Nato per risposta immediata – Mondo

“Nous travaillons avec les alleati européens et l’OTAN pour répondre immédiatement, avec unité et détermination.” Così il président du Conseil Mario Draghi commenta l’attacco russo in Ucraina e aggiunge che “il Governo italiano condanna l’attacco della Russia all’Ucraina. È ingiustificato e ingiustificabile”. “L’Italie – poursuit-il – est proche du peuple et de toutes les institutions ukrainiennes en ce moment dramatique. Nous travaillons avec tous les Européens et l’OTAN pour répondre immédiatement, avec unité et détermination”. Dur aussi le commentaire du ministre degli Esteri Luigi Di Maio que son Twitter dirait : « L’opération militaire russe est une agression grave et injustifiée, non provoquée, ai danni dell’Ucraina, che l’Italia condanna con fermezza. Une violation du droit international. L’Italia est le fianco du Peuple ukrainien, partenaire insieme ai Ue e atlantici”. “L’agression en Ukraine est une grave atteinte à l’un des États souverains et aux principes fondamentaux du droit international. L’Italie condamne fermement la décision russe injustifiable et exprime son soutien et sa solidarité à toute l’Ukraine et à son peuple. La communauté internationale doit Nous répondrons en une manière ferme et faire les choses. Così il ministre della Difesa, Lorenzo Guérini. “Je doveroso unite alle parole di condanna per quello che è avvenuto in queste ore in Ukraine. L’azione della Russia è un attack alla security comune e alla convivenza tra i popoli”, observe le ministre de Lavoro, Andréa Orlando. j’essaye Conseil des ministres Il donne mandat au Premier ministre Mario Draghi pour une réponse ferme de l’Union européenne in chiave di sanzioni alla Russia.

Ma la condanna della La politique italienne est pratiquement unanime.

Au Sénat i capigruppo di Pd, M5s FdI, Lega, FI, Iv e LeU voulait que le président Draghi intervienne bientôt dans la salle de classe, peut-être oggi stesso, pour faire référence à sa crise.

“L’Italie doit condannare senza ambiguità l’attacco all’Ucraina e, insieme agli alleati, revenir à ce vrai précédent senza au principe de liberté et de démocratie en Europe. , écrit son Twitter il segretario del Pd, Enrico Letta. Mentre il coordinateur nazionale di Forza Italia et vice-président du parti populaire européen, Antonio Tajani Il note : “Nous condamnons fermement l’agression militaire russe à laquelle nous avons assisté avec une grande inquiétude. Nous avons soutenu l’unité de l’Occident contre cette énième violation de la Carta delle Nazioni Unite.”

“Ce n’est pas le moment de la division interne, une crise internationale de ce port est une banque de preuves importante pour la politique.” Combien si vous apprenez de la police M5S, c’est l’invitation par téléphone Giuseppe Conté, leader du M5S, a rivalisé avec Enrico Letta, Roberto Speranza, Matteo Salvini, Antonio Tajani et Giorgia Meloni. “La force du Parlement pour unir et rationaliser son soutien à l’action du gouvernement au siège européen. Ce n’est pas le moment de la polémique.”

“E’ inaccettabile l’attacco russo en Ukraine. Une pensée alle vittime de cette guerre assurda et alle famiglie che stanno piangendo i propri cari. L’Italie sia semper al fianco de Europa e Stati Uniti in nome della libertà e dei valor” , écrire son Twitter il leader di Iv, Matteo Renzi.

“La Lega condanna con fermezza ogni agressione militare, l’auspice è l’immediato stop alle violenze. Sustegno a Draghi por una risposta comune degli alleati”, déclare le chef della Lega Matteo Salvini che invite à ne pas “utiliser cette tragédie” par “beghe interne alla maggioranza”. Ma scoppia la polémique avec il Pd perché le Capogruppo alla Camera Déborah Serracchiani chiede dal leader leghista “parole più chiare” sulla crisi ucraina. E lui ribatte : ‘Chi riesce a fare polémique politique perfino in ore così drammatiche, fra morti e feriti, è davvero uomo da poco”.

“L’attaque contre Freddo, alors qu’il était ancré aux marges de l’action par la diplomatie, par Poutine est des plus graves, injustifiables, inacceptables. La communauté internationale doit répondre avec la plus grande fermeté et ténacité, en défendant la liberté et l’indépendance de l’Ukraine. Ma allo stesso tempo bisogna je continuerai strenumente to percorrere ogni strada por fermare l’escalation e far tacere le armi. Neppure in a così tragico moment we dobbiamo arrenderci alla feroce logic della war”, affirme le capogruppo di LeU au Sénat, Loredana DePetris.

“Inaccettabile attack bellico su grande scala della Russia di Putin contra l’Ucraina. L’Europa ripiomba in un passato che speravamo di non rivivere più. È il tempo delle scelte di campo. L’Occidente e la comunità internazionale siano uniti nel mettere in Campo ogni utile miura a sustegno de Kiev e del rispetto del diritto internazionale.” Il a été écrit sur Facebook par le président de Fratelli d’Italia, Giorgia Meloni.

“La guerre revient en Europe. L’Occident doit être compatible. Altrimenti si sbriciolerà. En Italie, il n’y a pas de manovra parlementaire dei partiti di maggioranza contro il Governo Draghi deve essere più tollerata. E chi gioca a fare il filorusso vada all’opposizione now”, Écrivez votre Twitter il leader di Azione Carlo Calenda

je Vescovi de la Méditerranée, a rejoint Firenze, “nous exprimons notre inquiétude et notre tristesse pour le scénario dramatique en Ukraine, et renouvelons le voisinage autour de la communauté chrétienne du pays”. Se félicitant de l’invitation du Pape à vivre le 2 mars un digiuno giornata et à prier pour la paix, et Vescovi “fanno appello alla coscienza di quanti hanno responsabilità politiche perché tacciano le armi. Ogni conflit porte avec la mort et la destruction, provoque sofferenza alle popolazioni, minaccia la coexistence tra le nazioni. Si fermi la follia della guerra!”. Essi “conoscono bene questo flagello, por questo chiedono a una voz la pace”.

“Poutine est prêt à être modéré, mais je ne comprends pas cette insistance sur une extension de l’Otan en Ukraine, qui est la frontière de la Russie”, déclare le président de la Région Campanie, Vincenzo DeLuca. “En 1963, avec Kennedy – Ricorda De Luca – lorsque les Russes ont installé les missiles à Cuba, gli Usa n’avait pas de blocage giustamente l’isola, perché non si possono mettere i missile Nucleari alle porte degli Stati Uniti. Dovremmo tenere conto ache di questa esigenza Dites sécurité.”

.

Leave a Comment