Torna il mito di Batman – Film

Alors que le piattaforme si scatenano avec une nouvelle information sur des produits inédits au format série que cinématographique, la salle assiste à un signe d’espoir pour l’arrivée de l’un des blockbusters più attesi della stagione. Comme le veut la tradition, mais dans la salle c’est le documentaire SUL SENTIERO BLU de Gabriele Vacis qui suit le parcours de la Via Francigena par un groupe de ragazzi autistes, c’est PETROV’S FLU de Kirill Serebrennikov. Le nouveau film d’un auteur dissident russe de Poutine qui aime la communauté internationale du cinéma est un voyage onirique, après ses eccessi ivres par ses vieux amis. Au filtre du registre, ce fut un véritable voyage au temps de l’Union soviétique dans une nouvelle Russie qu’oggi impressionne par le message actuel et politique. Da domani in sala: – THE BATMAN de Matt Reeves avec Robert Pattinson, Zoë Kravitz, Paul Dano, Jeffrey Wright, Peter Sarsgaard, John Turturro, Jayme Lawson, Andy Serkis, Colin Farrell, Amber Sienna, Barry Keoghan, Rupert Penry-Jones, Todd Boyce, Max Carver, Charlie Carver, Iana Saliuk, Alex Ferns, Con O’Neill, Jay Lycurgo. C’est un film qui sera une compilation et une citation concernant le mythe du pipistrello et toutes ses incarnations cinématographiques précédentes, qui est la nouvelle œuvre de Matt Reeves habitué à revisiter avec révérence et kolossal Hollywood.
Car, en raison de l’année de service permanent effectif et de la protection de Gotham City, le millénaire Bruce Wayne décide de monter jusqu’au bas de la ville pour répandre le crime et la corruption. Può fidarsi solo del suo maggiordomo e del poliziotto onesto Gordon, ma nei meandri del sottosuolo incontrerà vecchi e nuovi nemici/amici da Catwoman al Pinguino.
Et si batterà contro l’Enigmista che di lui connaît la véritable identité sous le masque et garde un douloureux secret sul passato di Batman.
– IL RITRATTO DEL DUCA de Roger Michell avec Jim Broadbent, Helen Mirren, Fionn Whitehead, Matthew Goode, Aimée Kelly, Simon Hubbard, Jack Bandeira, Craig Conway, Heather Craney, Michael Adams, James Wilby, John Heffernan, Anna Maxwell Martin, Richard McCabe, Andrew Haville, Ray Burnet. C’est l’histoire vraie de Kempton Bunton qui en 1961 publia un précieux ritratto de Goya (celui du duc de Wellington) à la National Gallery de Londres pour différencier les anciens et les derniers de la société et apparaître comme un véritable Robin des bois agli occhi della sua ignara Moglie Dorothy. Avec rythme et ironie graffiante (le migliori della commedia sociale inglese), la maison de disques de “Notting Hill” (qui est sa dernière règle) donne un ritratto d’ambiente e un’o de alla espérons que diventano memorabili remercie ai due fantastici protagonisti de l’histoire
– CYRANO de Joe Wright avec Peter Dinklage, Haley Bennett, Kelvin Harrison Jr., Ben Mendelsohn, Bashir Salahuddin, Monica Dolan, Joshua James, Anjana Vasan, Ruth Sheen, Mark Benton, Richard McCabe, Peter Wight, Tim McMullan. All’origine dei palpiti d’amore del poeta-spadaccino dal naso troppo lungo reso immortale d’Edmond Rostand c’è il vero Savinien Cyrano de Bergerac, vissuto nel tempo del suo personaggio, il tempestoso Seicento francese. Ma la source d’inspiration di Joe Wright, enregistreur avec un bon CV aussi dans le théâtre et la comédie musicale d’Anthony Burgess et Michael J. Lewis avec la musique visitée par le cinéma dai fratelli Dessner. Il taglio del racconto dà soprattutto personnage proto-féministe de Risalto al Roxane, ma lo spettacolo è guarantito da lussuosi costumi, délicate quinte théâtrale et un rythme qui sfronda il testo original e ne préserve tout le fascino.
– RED ROCKET de Sean Baker avec Simon Rex, Suzanna Son, Bree Elrod, Ethan Darbone. La star du porno Mikey Saber rentrait chez elle parce que sa carrière était misérable. Messe in cantina le sue mille aventure e el aspiration di succes, va a vivere l’ex moglie e la suocera. Finché però non contra l’avvenente pasticcera del paese : La fraise ne sera-t-elle que la énième conquête ou une véritable promesse pour l’avenir de Mikey ? – LUIGI PROIETTI DETTO GIGI d’Edoardo Leo. Un letterale fiume di materiali rari, interviste unedite, frammenti di spettacoli, regie, film : cet incroyable trésor porté à la surface d’Edoardo Leo un peu allievo, un peu complice, un peu collègue du mattatore romain scomparso il 2 novembre de 2020 à 80 anni esatti dalla nascita. Document incontournable pour chi ha amato Proietti, construit comme une recherche sulle ragioni del successo au départ de son cheval battaglia “A me gli occhi please”, le film a reçu son applaudita anteprima alla festa del Cinema lo ottobre.
– VOYAGE DANS LE TEMPS de Terrence Malick avec Cate Blanchett. Un voyage sur toutes les origines de la terre et de l’umanite, une composition poétique rendue possible par la technologie la plus sophistiquée et l’élaboration numérique, racontée dans la version originale de l’une des attractions les plus charismatiques de notre temps. Malick si un poète confirme avec la cinepresa, aussi seulement quand il philosophe un po’troppo.
– LIZZY E RED, AMICI PER SEMPER de Jan Bubenicek, Denise Grimmová. Réalisé avec la technique du stop-motion et dans le pur style Aardman (producteur) par l’animateur très talentueux, le film est un classique fiable pour les enfants. I due protagonisti sono a mole e una volpe che diventano amici nonostante la natura li voglia cacciatore e preda. Passati per un experienza ai confini della vita e ritornati sulla terra dal Paradiso degli animali, i due scoprono che si sono involontairement scambiati l’identità. Ragione di più per opporsi all’istinto in nome dell’amicizia. (ANSA).

.

Leave a Comment