Roma-Bologna 0-0: Napoli e Juve già in Champions League

I giallorossi, avec Mou che lascia initialement molti titolari a riposo en vue de la Conference League, sbattono contro Skorupski

Impressioni ? La volata par l’Europa League sera à cœur, tandis que la Juventus et Napoli sonneront arithmétiquement en Ligue des champions. La Roma qui n’est pas allée oltre 0-0 avec Bologne, infatti, l’attendait de la Lazio (de l’aggancia), de la Fiorentina (du prochain tour) et de l’Atalanta (à partir de lundi ce sera dimanche contre Salernitana) . Tutto questo, nous dobbiamo le disons, à cause de “colpa” de Leicester, atteso givendì por el ritorno della demi-finale de Conference League, qui a annacquato la concentration de l’escouade de José Mourinho, peu heureux dell’arbitraggio et critique aussi nei confronti del Latium (“a squadra ha segnato il gol in fuorigioco”). Pas nascondiamolo : la rotation du Special One n’a pas été digne, ce n’est pas que j’ai fatto riposare partiellement alcuni dei titolari. Tant de mérite va aussi à Bologne de Leon Mihajlovic, qui ruggisce dall’ospedale. La squadra rossoblù – dopo aver fatto risultato contre la Juve, Milan et l’Inter – stavolta brakes an’altra grande senza rubare nulla, giungendo al sesto risultato utile di row.

ZANIOLO CENTRAVANTI

Avec les malheureux Mkhitaryan et Oliveira squalificato, rispetto ai titolari di Coppa l’allenatore portoghese change mezza squadra, ne confirmant que Rui Patricio, Mancini, Ibanez, Cristante et Zaniolo qui, étonnamment, vient schierato dans la position de faux centravanti, avec alle spalle Perez et Félix. Sulle fasce touche Mailtland-Niles et El Shaarawy provare ad assicurare spinta, mentre in media si rivede Veretout. Come si vede, squadra experimentale che el primo tempo i rossoblù controllano senza grande fatica, impostati dietro con Medel per centrale e Soumaoro e Bonifazi ai suoi lati, l’ottimo Schouten in regia affiancato da Dominguez e Soriano, affidando le fasce a l’esordiente Il s’intitule Kasius et Hickey pour tenter de servir Meglio Orsolini et Arnautovic. J’ai d’abord lutté avec près de 63 000 des Jeux olympiques, mais j’ai cédé pour protester contre l’arbitre : le premier pour une décision douteuse de Medel (scivolato) après 45 secondes et pour un contact à la limite entre Hickey et Maitland-Niles , ma l’incerto Fabbri dit toujours dire non. Non succede nulla, ma una cosa è chiara : il Bologna ne vient pas par tarif barricadé, ma par giocare. Cela implique lascia spazi su cui provano a infilarsi i giallorossi, également Zaniolo – costretto spesso a giocare spalle alla porta – sembra molto penalizzato. Je n’y suis pas parvenu, j’ai fait un rythme accéléré avec la fortune d’Arnautovic (17′), dans une grande partie de la première partie du jeu j’étais giallorossi ad avere il pallino en main, car c’était au tour de Skorupski d’aller au placard en intervenant avec son Perez (24′) , Zaniolo (29′) et ancre son Perez (39′). Si j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup d’imprécisions en début de partie, mais à la fin du temps j’étais rossoblù que Lievitano, avec Mancini qui a dû sauver son Orsolini (42′) et Rui Patricio bravo pour dire qu’il n’est pas allé à allo stesso Orsolini (43′ )che ad Arnautovic (45′).

SUPER SKORUSPKI

Nella ripresa la Roma parte forte, ma è subito rabbia en raison d’un prétendu échec de Medel (sarebbe stato secondo giallo) su Felix che Fabbri giudica non punibile. Seul, si vous scatena il preparatore giallorosso Nuno Santos, che espulso vient. A 9′, mais, Bologne est désolé, quand Kumbulla tente le maillot Orsolini dans la surface : l’arbitre va courir. A 13′ le jeu change lorsque la Roma insère un poker di titolari : Karsdorp, Zalewski, Pellegrini et Abraham. J’ai giallorossi augmenté la haute pression et rossoblù sono costretti più spesso al lancio lungo, colombe Arnautovic fa cast solo. Nonostante i diverti tiri, però però è difficile inquadrare la porta, finché i change del Bologna – De Silvestri e Barrow, e poi Theate e Aebischer – près d’Arginare l’onda giallorossa. A 22′ pourtant, c’est au tour de Skorupski de s’envoler pour dévier un colpo de la tête de Kumbulla et sa ribattuta est toujours la portière pour dire non à Zaniolo. Alors qu’Arnautovic a toute sorte de péricolose dans la praterie qui est disponible, à 36′ et Abraham pour voir la ligne diagonale. C’est le dernier tir, fin au tir de limite de Pellegrini, qui sauvera le centre à la 48′. Au moment où Bologne intervient aussi, c’est périlleux, mais à la 43′ c’est au tour de Rui Patricio de dévier un colpo de la tête de De Silvestri, alors que sa ribattuta est Arnautovic qui commande haut. Saremmo ai titoli di coda se al 44 ‘lo soldo Barrow, da solo, no colpisse la traversa, ma l’azione comes annullata dal fuorigioco. E allora la gioia del Bologna si specchia nella rabbia della Roma per l’occasione sprecata. Ma c’est une chose saremmo pronti a scommettere : giovedì contra il Leicester si vedranno in campo lupi affamati.

.

Leave a Comment