Quelle madri Medea, in 20 anni 480 vittime figlicidi – Cronaca

In vent’anni oltre 480 bimbi morti in Italia per mano dei genitori : sei figlicidi su dieci sono commessi dalla madre, mentre i figli maschi sono le vittime prevalenti sia delle mamme che dei padri assassini. Et le crime, già insopportabile et apparemment inspiegabile, diventa anchor più atroce allègue è la madre que con i figli ha il legame indissolubile per eccellenza, como nella Medea’s tragique. Dall’omicidio di Cogne à celui de ce minerai à Mascalucia en Catanese, le bord commun qui lègue et figlicidi sono et problemi di salute mentale e relazionale.

Sono stati centinaia, mail il caso che sconvolse il Paese fu quello di Cogne, dove in the gennaio 2002 il corpo senza vita di Samuele Lorenzi, di 3 anni, venne trovato con profonde ferite alla testa nel leto dei genitori. La mère, Annamaria Franzoni, chiamò i soccorsi e chiese aiuto ai vicini. L’arma delitto, forse a roncola, non fu mai trovata. Malgré la condamnation définitive, Franzoni a toujours nié l’infanticide.

Dans le Maggio 2002 a Valfurva, Loretta Zen uccise la piccola Vittoria, di 8 mesi, dopo averla messa nel basket basket della lavatrice e enabled il lavaggio. J’étais le père, une fois de retour à la maison avec l’autre personnage de 11 ans, pour le repérer. À Vieste (Foggia) en juillet 2004 Giuseppina Di Bitonto soffocò i figli, de 2 à 4 ans, couvrant sa bouche avec du ruban adhésif. Poi si suicidò nello stesso modo.

Une bimbo de cinq ans à Casatenovo (Lecco) en 2005 a annexé le basque pour le bagnetto, sa maison. La mère, Mery Patrizio, raccontò che dei ladri waso est entrée dans la maison aggredendola et il figlio Mirko, rimasto solo, était scivolato nell’acqua. Due seventimane dopo confessò il delitto.

Le 8 septembre 2005, à Merano, un bébé de quatre ans a succombé aux coltellations de sa mère alors qu’il préparait une collation avec du pain et de la marmellata. La dame, âgée de 39 ans, a été tentée de se suicider en obtenant un geste du deuxième étage du commissariat de police lors de l’interrogatoire.

Le 20 juillet 2009 à Parabiago, dans la province de Milan, une autre mère est décédée le jour de son quatrième anniversaire, l’étranglant avec un câble électrique. La dame, âgée de 36 ans, souffrait de dépression et a été prise en charge dans un centre psychosocial de la région. A trovare il piccolo, agonisant, sono la nonna e la zia del piccolo. La maman vient trovata à vegliare il cadavere del bimbo in stato di choc.

Le 19 février 2010, à Venise, une femme de 47 ans tue l’enfant, une bimbo de six ans, l’étouffant dans son lit. Poi si uccide, impiccandosi. Un scoprire i corpi e’ il mari.

Nell’August 2011 à Feniglia (Grosseto) Laura Pettenello uccise Federico, 16 mois, la lançant en jument lors d’une gita en pedalò. Au départ, s’il pensait à un incident et seulement ensuite sur son ordinateur, il s’informait à ce sujet, et la femme l’avait continuellement tapé à la machine et l’appelait « infanticide » ou « come uccidere un bambino ».

Le 25 octobre 2013 dans la province de Lecco, ad Abbadia Lariana, une dame est décédée de l’enfant de trois ans, la cousine de sa fille, inférant piu’ volte sul corpo del bambino.

Le 6 mars 2013 en Calabre, une mère de 43 ans est décédée sur l’enfant de 11 ans avec un forbici paio. La dame a fatto uscire prima del lezioni il bambino da scuola, elle l’a porté dans une région montagneuse et elle l’a apprécié. Successivement tenta, senza riuscirci, di togliersi la vita.

A Santa Croce Camerina (Ragusa), en 2014 Loris Stival est venu trovato dans une gouttière, 4 chilometri dalla scuola che frequentava. Mère Veronica Panarello n’a pas dénoncé la scomparsa alcune ore prima. Condannata all’ergastolo, dopo une série de fausses accusations lancées même dans la confrontation du suocero, Panarella – che aveva strangolato la piccola victima con delle fascette di plastica – ammise il delitto only diverse tempo dopo.

Sono stati tanti anche i padri assassini, in questa presque spesso per gelosia o faide familiari. Tra i presque plus efferati, quello del ’94: Tullio Brigida – poi condannato all’ergastolo – uccise a Civitavecchia i suoi tre figli di 13, 8 e 2 anni per vendicarsi della moglie che lo aveva lasciato. Je trois enfants sont morts dans la voiture de leur père, alors qu’ils dormaient sui sedili: Brigida collegò l’abitacolo della autovettura allo scarico del motore, a traité un tube en caoutchouc, saturant l’air monosido de carbone. Je n’étais pas stati sepolti e al loro ritrovamento l’uomo tentò di giustificarsi disant che i suoi tre figli erano morti per il malfunzionamento di una poêle.

De plus, il n’y a pas de données bancaires sur le phénomène des figlicidi, en 2019 l’Eures – società di ricerche economiche e sociali – fornì un deuxième rapport de 2002 à 2019 n’était pas stati 473 i figlicidi, un fait que negli dure trois ans si aujourd’hui à moins une autre décennie d’omicidi de ce type. A cause du conflit provoqué par le parent, qui peut aussi être encouragé par la répression du jeu et marié par la mort d’un enfant, toutes les actions du parent règnent. Pas seul. Spesso – secondo a tesi della criminologia sugli infanticidi – chi uccide lo fa perché non riesce a sopportare il bambino che è in sesso.

E’ gia’ successo che a madre, agli occhi di tutti amorevole e accidente, uccida il figlio.

Le cas piu’ eclatante se produit le 30 Gennaio 2002. Dans un village de Montroz à Cogne, le piccolo Samuele Lorenzi est massacré. I soccorritori, chiamati dalla madre, Annamaria Franzoni, lo trovano agonizzante con gravissime ferite alla testa. Samuele mourra peu dopé, pendant le transport à l’hôpital. La mère est accusée de l’omicidio che neghera’ semper. Verra’ riconosciuta colpevole con sentenza définitive dalla Corte di Cassazione.

Leave a Comment