Prezzi: in un mese +15,6% pasta, per pane si sfiora +10% – Economia

Le previsioni di Assoutenti circa i rincari dei prezzi di pane e pasta “trovano purtroppo conferma sia nei dati sull’inflazione di Marzo dell’Istat, sia negli ultimi numeri diffusi dal Mise”. L’associazione dei consumatori, che nei giorni scorsi aveva lanciato l’allarme circa gli aumenti dei listini al dettaglio che stanno s’intéresse à la consommation à long terme comme le pain et les pâtes, a infatti élaboré et de nombreux sull’andamento dei prezzi nelle varie città italiane nello scorso mese, enregistrant rialzi en alcuni ajoutant presque un double chiffre. À partir de mars, L’Istat enregistre une augmentation des prix de +5,8 % pour le pain et +13 % pour les pâtes, mais si j’analyse et liste medi delle varie province italiane pubblicate dal Mise, si je scopre che per il pain, la ville que le mois dernier enregistre i rincari più elevati è Terni, avec i prezzi medi che rispetto au mois précédent sur +9,9%, donne 2,22 euro par kg à 2,44 euro – analizza Assoutenti – A peu de distance de Crémone, avec une augmentation de 8,4 % dans sa base mensile, par rapport au troisième poste de la ville où se situe le coin de Più sur la Piazza Padova (+6%). La situation peggiora sul fronte della pasta, e la Calabria if aggiudica la maglia nera dei rincari: un Catanzaro il price al chilo passe en un seul mois de 1,22 euros à une moyenne de 1,41 euros, avec une augmentation de 15, 6%. Reggio Calabria enregistre une augmentation de 13%, similaire à Cosenza (+12,5%). Une urgence qui dei prezzi che a porté par la prima volta en Italie tutte le associazioni dei consumtori est écrite al CNCU et s’unit dans une assemblée générale indetta le 6 avril prochain et finalisée pour présenter au gouvernement un pacchetto di misure contro i rincari.

Il cher-bollette fa impazzire i listini del caffè consumato al bar. Elle est dénoncée par les Codacons, qui ont réalisé une étude sur le prix moyen de la tasse à expresso classique dans la variété citadine italienne, pour vérifier comment la cher-bollette abbia a influencé sa pratique du listini auprès du public. Sur la base de la dernière date officielle de la Mise, le prix record dell’espresso si vous revenez à Bolzano, prenez un café consommé au banc du bar, cela coûte en moyenne 1,23 euro – analizza il Codacons – Au deuxième poste de classifica, avec une moyenne de 1,20 euro, si Piazzano Rovigo et Ravenne. Deuxième à 1,19 euro Vicence, Trente et Ferrare. Ben 25 città s’inscrire chez nous pour un prix moyen du café supérieur à 1,10 euro. Et ainsi, alors que l’Istat enregistre en mars une inflation annuelle pour la part “ristoranti e bar” de +3,8%, par rapport à la période pré-rincari delle bollette (septembre 2021) et février 2022, si vous scopre che La plus forte augmentation de la liste au public si vous êtes inscrit à Pescara, quand le prix moyen du bar à expresso passe de 1 euro à 1,12 euro, avec une hausse de +12%. Viennent ensuite Alessandria (+11,3 %, de 1,06 à 1,18 euros) et Ravenne (+9 %, de 1,10 à 1,20 euros). La seule ville qui enregistre une baisse est Trento (de 1,22 à 1,19 euro, -2,5%).

La dette de la famille italienne grandit. Au 31 décembre 2021, selon la Cgia di Mestre, il a été globalement augmenté à 574,8 milliards d’euros (+21,9 milliards par rapport à un an de prime) avec un montant moyen par ménage de 22 237 euros et une marge positive de 851 euros rispetto al 2020. Secondo la Cgia s’il s’agit d’une situation grave soprattutto per il rischio di usura a carico di famiglie, piccole imprese e parte Iva. Un phénomène, qui est le dernier, qui, comme toujours, est difficile à mesurer, même s’il n’y a pas de statistiques récentes sur le nombre de plaintes, notifient toute la force de l’ordonnance.

Pour la Cgia, la situation est critique, ma non drammatica. Il est probable que l’augmentation des prix sera en partie motivée par la forte pression économique à venir l’année prochaine. Inoltre le aree provinciali più indebitate sono quelle che presenteno i livelli di reddito più elevati. Sicuramente in queste realtà tra gli indebitati ci sono anche kernels appartenenti alle fasce sociali più deboli. Cependant, la position bancaire solide de ce territoire a été légat de potrebbero essere ai investissement important avvenuti negli anni scorsi nel setore immobiliare che, ovviamente, sono riconducibili a famiglie benestanti. La famille più in “rosso” est située dans la province de Milan, avec une dette moyenne de 33 523 euros ; au deuxième poste scorgiamo quelle di Monza-Brianza, avec 31 547 euros et au troisième poste, il résidait à Bolzano, avec 30 643 euros. Appena fuori dal podium nous avons remarqué quelle di Roma, avec une dette moyenne s’élevant à 30 441 euros, quelle di Como, avec 29 564 euros et quelle di Prato avec 29 310 euros. Au moins une fois, nous avons signalé la famille résidant dans la province de Reggio Calabria, avec un acompte de 10 712 euros, la quelle d’Agrigente, avec un débit de 10 185 euros, et la quelle de Vibo Valentia, avec 9 964 euros. Infine, le famiglie meno indebitate d’Italia si trovano Enna, with a “rosso” pari a 9,468 euro Per quanto riguarda l’usura con le sole denunce effettuate all’Autorità giudiziaria non è possibile dare dimensione al fenomeno. Chi finisce nella rete de questi criminali espesso ha paura de denunciare i suoi aguzzini perché peur por l’incolumità propria e dei familiari.

.

Leave a Comment