Piazza Navona was transformed into a lake

Jusqu’en 1800, la place Navone était transformée en lac

Le saviez-vous? Jusqu’en 1800, la piazza Navona était transformée en lac. En 1652, le pape a commencé la coutume d’inonder la place Navone pour soulager et rafraîchir les citoyens romains pendant l’été : tous les samedis et dimanches d’août, les fontaines étaient fermées pour s’assurer que l’eau débordait des piscines pour inonder la place, ce qui ainsi transformé en un véritable lac. La Piazza Navona est l’une des places les plus célèbres de Rome et du monde. C’est l’un des ensembles urbains les plus spectaculaires et caractéristiques de la Rome baroque.

La place est bordée par les bâtiments qui ont été construits sur les vestiges du Stade de Domitien : la forme et les dimensions de la piste sont conservées. Au fil des siècles, l’espace a été le théâtre de fêtes populaires, de courses et de joutes. Du XVIIe siècle au milieu du XIXe siècle, la place, qui avait alors un fond concave, fut partiellement inondée pour offrir rafraîchissements et divertissements à tous.

Place Navone Rome

Le 23 juin 1652, Innocenzo X a aménagé le premier «lac de la place Navone», pour former ce que, comme l’écrivait le chroniqueur de l’époque Giacinto Gigli, «au pied de la Guglia et des fontaines, l’eau était fixée… et elle était utilisée pour amusement des voitures qui passaient dessus.

Giggi Zanazzo, un chroniqueur de l’époque, raconte : « Tous les samedis et dimanches d’août, l’égout de la funtana de mezzo de piazza Navona a été saisi, et la place qui avait été démolie a été entièrement inondée. Quel grand plaisir! Il y avait des mmatina dans des voitures ou dans des carettelles. Je me souviens de l’avoir eu avec mon père se vautrant dans l’eau, par exemple, la róte boueuse de la carrozza, quand je reviens aux grottes de Testaccio.

Autrefois, la Piazza Navona était une place concave qui favorisait les « inondations ». L’inondation de la Piazza Navona a été un événement dans lequel ni les aristocrates ni les gens du commun ne manquaient.
Cette tradition dura jusqu’en 1676, date à laquelle – par crainte d’épidémies – l’inondation de la place fut suspendue, puis elle s’arrêta, puis reprit. En 1703, le médecin du pape – Giovanni Maria Lanosi – déclara que l’eau ne favorisait pas la transmission des épidémies si la place restait propre. La tradition des crues s’est poursuivie ainsi jusqu’en 1865, dernière date connue de cette pratique.

A l’occasion de l’inondation, de petits spectacles musicaux ont même été organisés, dans des scénarios de conte de fées auxquels la reine de Pologne a également pu assister lors d’une de ses visites à Rome. Les gens – regardant depuis les balcons – ont admiré ceux qui ont montré leur créativité et leur originalité. Un projet de construction de gradins mobiles a même été jugé favorable aux spectateurs.

La forme originale de la place actuelle suit fidèlement le périmètre de l’ancien stade que Domitien avait construit en 86 après JC. C. pour les compétitions d’athlétisme et de courses hippiques. Les restes de cette ancienne structure sont situés à quelques mètres sous le niveau de la rue d’aujourd’hui et peuvent encore être vus sous un bâtiment moderne sur la Piazza di Tor Sanguigna et dans le sous-sol de l’église de Sant’Agnese in Agone.

Stade Domitien Rome

C’est l’une des places monumentales les plus célèbres de Rome et du monde, construite dans un style monumental par la famille Pamphili à la demande du pape Innocent X (Giovanni Battista Pamphili) avec la forme typique d’un stade antique.

Comme mentionné, la Piazza Navona, à l’époque de la Rome antique, était le stade de Domitien qui a été construit par l’empereur Domitien en 85 et a été restauré par Alexandre Sévère au troisième siècle. Il mesurait 265 mètres de long, 106 mètres de large et pouvait accueillir 30 000 spectateurs.

Follow-italy-rome-tour-INSTAGRAM

Le stade était richement décoré de quelques statues, dont l’une est celle de Pasquino (peut-être une copie d’un groupe de parchemin hellénistique présumé représenter Ménélas soutenant le corps de Patrocle), maintenant sur la place homonyme à côté de la Piazza Navona.

Place Navone aujourd’hui

C’était un stade et non un cirque, il n’y avait pas de carceres (les portes d’où sortaient les chevaux de course) ni de spina (le mur de séparation autour duquel les chevaux couraient) comme le Circus Maximus, mais tout était gratuit et utilisé pour les compétitions d’athlètes. L’obélisque qui se trouve maintenant au centre de la place n’y était pas, mais provient du cirque de Maxence, qui se trouve toujours sur la Via Appia.

Le nom de la place était à l’origine “in Agone” (du latin in agonis, “jeux”) car le stade était utilisé uniquement et exclusivement pour les compétitions d’athlétisme. Dans les temps anciens, la place était concave, les fermetures des trois fontaines étaient bouchées et l’eau sortait pour inonder la place.
Entre les Xe et XIe siècles, le Campus Agonis avec ses Cryptas appartenait à 100 % à l’abbaye de Farfa, pour passer entièrement sous le contrôle du magistrat romain de la chambre du Capitole au XIIIe siècle pour être périodiquement utilisé à des fins récréatives.

L’usage ludique de la place (concours, courses et animations nautiques), né dès l’Antiquité, perdurera jusqu’à la fin de la Renaissance où elle apparaît encore comme un espace d’entraînement chevaleresque et de jeux carnavalesques.
Entre 1810 et 1839, les courses de jockey ont eu lieu sur la place, c’est-à-dire les courses de chevaux montés (qui, cependant, n’étaient pas liées aux courses de barbier les plus célèbres de la Via del Corso).

Description de la Piazza Navona : La Piazza Navona est un symbole de la Rome baroque, avec des éléments architecturaux et sculpturaux de Gian Lorenzo Bernini (la Fontaine des Quatre Fleuves au centre de la place, qui représente le Danube, le Gange, le Nil et le Rio della Plata, les quatre coins de la terre), Francesco Borromini et Girolamo Rainaldi (l’église de Sant’Agnese in Agone, devant la fontaine du Bernin) et Pietro da Cortona (auteur des fresques de la galerie du Palazzo Pamphilj).

La place était censée célébrer la grandeur de la famille Pamphili (dans une sorte de compétition avec les Barberini et les Farnèse) et Innocenzo X (né Giovanni Battista Pamphilj) voulait qu’y soit érigé le palais du même nom et que la place soit orné d’énormes œuvres de valeur. Pour le réaménagement de la zone, on a donc eu recours à la démolition de certains blocs, comme les bâtiments Cybo et Mellini, tandis que l’appel d’offres pour l’attribution des commandes s’est déroulé sans exclusion de dossiers entre les principaux architectes de l’époque.

fontaine-des-quatre-fleuves-a-rome
Fontaine des Quatre Fleuves sur la place Navone

La Piazza Navona possède également deux autres fontaines : la Fontana del Moro, sculptée par Giacomo della Porta et retouchée par Bernini, située dans la zone sud de la place, et la Fontana del Nettuno (à l’origine la fontaine Calderari), située dans la zone nord, par Gregorio Zappalà et Antonio Della Bitta.

Plusieurs bâtiments donnent également sur la place : Palazzo Braschi – de la fin du XVIIIe siècle, construit sur la zone où se dressait le palais construit par Francesco Orsini préfet de Rome dans les années 1400 ; Palazzo De Torres – Lancellotti – construit vers 1552 par Pirro Ligorio ; Palazzo Pamphilj – construit entre 1644 et 1650 environ par Girolamo Rainaldi ; Palazzo Tuccimei (anciennement de Cupis Ornani) – construit dans la seconde moitié du XVIe siècle, sur un petit bâtiment et des maisons voisines du siècle précédent. La place accueille un marché devenu traditionnel au fil du temps.

En 1870, le repavage est ordonné et la place reçoit une forme convexe plutôt que concave, empêchant de fait la poursuite de cette tradition « aquatique ».

Leave a Comment