perché serve un Marquez diverso per sfruttare questa Honda

La nouvelle moto de Tokyo est très rapide avec Pol Espargaro, tandis que Marc doit arrêter fidarsi di più del posteriore et aussi adottare un stile più dolce per raggiungere a più elevato performance : passi indispensabili, già dalla gara di Mandalika, pour devenir le pilote dominant dire due anni fa

Massimo Falcioni

17 mars

Archiviato Losail, avec l’exploit triomphant d’Enea Bastianini sur la Ducati 2021 de l’équipe Gresini, lors de la deuxième manche du MotoGP, en Indonésie sur le nouveau circuit de Mandalika, avec l’asphalte rifatto dopo protesté par les pilotes lors du test d’un mois. Essai, difficile de l’enregistrer, avec en vieux Pol Espargaro (1’31”060) son freshman Honda, pilotant “lepre” pendant 17 tours en gara et poi terzo (+1.351) en raison d’une erreur en finale également provoquée par le caoutchouc arrière fini che avrebbe dovuto indurre il pilota HRC ad accontentarsi del secondo posto. Je risultati, en particulier et tempi sul giro, a montré le grand pas en avant fatto dalla Honda (qui a signalé sofferto l’usura e il calo delle gomme) et aussi la grande adaptation de sa nouvelle moto par Pol Espargaro par rapport à Marc Marquez. Le champion du monde est actuellement cinquième (+4 099), meilleur que jamais dans la course au titre, avec Fabio Quartararo sur sa Yamaha (9e à + 10 543), meilleur que jamais dans sa « sua » Losail et Pecco Bagnaia Ducati sorti pour la chute au 12e tour.

Une manche au printemps, de plus en plus d’essais en Indonésie, mais aussi au Qatar nous montreront le nouveau potentiel Honda que Losail a eu autant de pilotes dans le top cinq. De plus, ils ont vérifié la vraie chance d’Espargaro dopo la belle performance de Losail (“C’était la Honda que j’ai pilotée”, Pol a complété le podium au Qatar) et, soprattutto, capire il livello di competitività di Marquez, il suo vero stato fisico , son vrai sentiment avec le nouveau RC213V, nous avons montré qu’il était puissant et rapide et assai più guidabile du modèle 2021. Les deux ont donné cappello à Marquez, tutt’ora il più vincente tra i 24 in griglia, capable de riprendersi dalla botta on the track of due stagioni Fa e dalla successiva Via Crucis, ma va ancora capito se davvero abbia sobreto il suo lungo travaglio o se la spalla condizioni ancora la sua guida e il suo way di condurre la corsa, apparso a Losail più conservativo e meno arrembante du solito. Il fuoriclasse espagnolo est devenu bon et fort le week-end de Losail, parce qu’ils ne sont pas mancate sbavature, quali la caduta nel warm up e, soprattutto, i due “lunghi” in gara che non hanno fatto notizia, mala lasciato il segno, non seulement par rapport au résultat final de la corsa. Au 22e virage de la course de Losail Marquez, il réalise son virage le plus rapide au dixième virage en 1’54.643, alors que le record de Bastianini était au 17e virage en 1’54.338, mais Marc n’y parvient pas pour cause de « sbavature » : le premier marchant « long » dans la courbe au 6ème virage et tournant en 1’55.141 et le second arrivant « lungo » à six virages jusqu’à ce qu’il termine son virage le plus lent en 1’55.688.

Tournant à la vitesse du virage de Losail, il devient évident que la meilleure sensation du RC213V de Pol Espargaro, capable de braquer en mode agressif et de générer une très bonne adhérence sur sa roue arrière. « La moto est plus rigide – ha detto Pol –, posso rischiare di plus sulla route anteriore e allo stesso tempo fare affidamento sul posteriore. Quand la moto bouge, c’est un mouvement agressif et dur sur le tissu, mais à mon avis le comportement est aussi très fort et lent ». Un autre désaccord pour Marquez, qui avec ses conditions physiques actuelles a décidé de guider la nouvelle RC213V avec un style “divers”, en général, plus morbide, avec plus de points sur le frein arrière, c’est ce que, je signale, il a già fatto con Good soddisfazione Pol. Ed est votre quête, étudiant dopo Losail la télémétrie de l’entrée et piloti HRC que si vous voyez negli ultimi test e el primo week end di gara Pol yes sia adattato meglio di Marc alle new condizioni post dalla RC213V 2022. Dit Marquez : “Pol m’a un peu guidé sur tout le week-end, donc je risque de bien freiner en entrée de courbe, en utilisant beaucoup le frein arrière, alors que je ne l’ai pas, je vais en utiliser beaucoup, altrimenti je perds l’arrière”.

Je comprendrai que ce qui se passe est très mauvais, c’est mieux que jamais, à cause du tour de Mandalika, je sais si ça risque de traduire dans le temps son tour et les résultats que si c’est une capitale. Un scommessa et pas seulement pour le pilote Honda, compte tenu de la particularité du circuit indonésien qui présente le nouvel asphalte, mai testato da nessuno, e dove sono attese alte temperature. Pendant le test, si je suis sfiorati et 60° sull’asfalto e se l’anomalia si dovesse mûre y dovrà vedere come si comportanno le gomme, avec le Michelin qui a effectué ce test mescole, mais avec une carcasse spéciale, più dura, par température reggere alle maggiori. Insomma, une situation fluide qui profite à tout le spectacle et qui bénéficie de la forte évolution technique de la moto, du conditionnement aérodynamique des ailes et de l’autre “diavolerie” portant soprattutto sur la piste de la Ducati qui a également jailli de la autre Affaire à supporter di più . Ogni medaglia a raison. « Senza le ali – è l’analisi di Marquez – was più difficile guidare, ma i sorpassi erano più agevoli: it was più facile sbagliare, ma ache I will winner. Ora le moto sono più facili da guidare, no commetti più errori così facilmente, ma è diventato plus difficile sorpassare e guidare a ridosso di un avversario ». Tout vero. Il Marquez qui ne fonctionne pas plus alla Marquez del tempo qui a été forse esalterà di meno i suoi fan con sua spericolata guida ei suoi salvataggi da rodeo, ma è forse questo l’only way per return in vetta in gara e campionato. À Mandalika, la prima risposta ai tanti interrogativi che riguardano Marquez, ma non solo lui.



Leave a Comment