MotoGP Ducati e Bagnaia, serve una riflessione. E intanto Quartararo vola verso il bis

L’errore del piemontese in Germania a forse messo la parola fine al son di vincere questo mondiale. E la rossa si vous vous interrogez. Alors que le Français de la Yamaha n’a pas sbaglia a colpo e stacca tutti in classifica

Massimo Falcioni

-Sachsenring (Allemagne)

Enfin Fabio Quartararo, vainqueur de la luge du Sachsenring, a heurté le pneu arrière de sa Yamaha, tandis que Pecco Bagnaia, parti en pole et survolé le premier virage du quatrième virage, n’allait pas accuser la tradition de son pneu dur Ducati. Così Quartararo a remporté la deuxième victoire consécutive (succès terzo stagionale) dominant une corsa senza storia, portant en classifica generale un 172 punti, lanciatissimo verso il bis iridato MotoGP. All’opposto Bagnaia, quatrième caduta en 10 gare (l’avant-dernière di due settimane fa en Catalogne provoquée par Nakagami), tre zeri negli ultimi quattro round, avec 91 points en moins que le leader du championnat, vede fortement engagé, davvero ridotta al luminino, la sua corsa al titolo.

colpo dur

Un dur colpo pour le pilote piémontais et en particulier pour la Ducati, considérée comme la plus stagioni la moto da battere, toujours une bouche asciutta, avec le seul titre de pilote MotoGP conquis il y a 15 ans, en 2007, avec Casey Stoner. Nelle corse, da semper, si tenda a non tenere semper in dovuto conto la qualità (et, quand c’è, la superiorità) degli avversari, ou même close alibi per i propri insuccessi. Réaction compréhensible au bouillon Bagnaia, qui a incolté la gomme par caduta. Ma già dalle immagini in diretta (poi confermati dai dati della telemetria) si è capito che estato Pecco a sbagliare en quel point dell’ingresso curva : leggermente “lungo” in staccata e fuori traiettoria. Récupère la bonne direction avec une pièce “supplémentaire”, après avoir ouvert l’accélérateur, le vélo s’est perso ajusté et s’il est inversé, il se retrouve dans le siège du conducteur. Aller au deuxième tour, pour surmonter la lèpre Quartararo, Bagnaia était già longo alla courbe 1, lasciando così via liberas la pilota della Yamaha.

manger de la neige au soleil

et bien? Il championnat è un metà strada, avec 10 tours à disputer. À ce stade, la partita était décidément en main pour Quartararo et alla Yamaha. Je rêve d’un championnat du monde pour les Ducati et en particulier pour le couple italien Bagnaia-Ducati s’ils sont sciogliendo come neve al sole. Au tournant de la saison et des chiffres parlants donc: i 172 points de Quartararo signifient 34 points de vantaggio son Aleix Espargaro (à une cote de 138), avec Zarco à une cote de 111 points et Bastianini quatrième à une cote de 100, 72 de moins que le leader. Bagnaia est un quota de 81 (comme Miller), écart de 91 points. Sui circuiti “guidati” questo Quartararo oggi non ha rivali. En ce sens que colombe également non fugge via sans dalla prima curva e non vince, non brucia mai il risultato, non sbaglia, raccoglendo comunque punti pesanti. Not è lui il new Marquez, case mai ricorda il Lorenzo dei giorni migliori. Quartararo n’est pas un couloir succhiaruote : c’est un fuoriclasse capace oggi – senza Marquez- di fare la difference. Pour Ducati, celui du Sachsenring, c’est un concert que je dirai amour et amour, pur avec et dû à Zarco et Miller. Il new ko di Bagnaia, dopo l’ensimo dominion in qualifica et la conviction que nessuno potesse ormai lente l’armata rossa (un total de 8 motos Borgo Panigale sur la piste), est un dur colpo che redimensiona gli obiettivi iridati imposant tout squadra – piloti e team – une fusillade profonde, également autocritique. E, soprattutto, mai sottovalutare gli avversari, compreso Quartararo, cui fin a poche settimane addietro si davano poche chance di Riptere il bis iridato del 2021, consider your Yamaha with the motore 4 in linea non così competition di fronte ai bolidi bolognesi, sia in version 2021 que dans la version 2022.

Quartararo dans les questi primi 10 round 2022 n’a pas fatto neppure un “zéro” et a accumulé un grand butin, à la suite d’une grande continuité des résultats et avec six podi pesant trois vittorie et trois secondi après avoir montré la valeur du pilote et lui qualità del suo mezzo. C’est lui, Quartararo, le seul à piloter cette Yamaha, peu compte : anzi est la confirmation de la qualité du pilote et comment un pilote est décisif pour le résultat de la victoire et du championnat. Pour la Ducati, adesso, c’è l’esigenza di un’analisi complessiva not solo tecnica, senza veli, per capire perché si rischia anchora una volta, dopo tante stagioni, di raccogliere risultati ben al di sotto delle aspettative. Perché un pilote comme Bagnaia – volontiers ritenuto un campione (sinon pas si capirebbe perché une maison comme Ducati gli affida como number one le proprie MotoGP ufficiali) s’il devient le protagoniste de la quête “alti e bassi”, vanifiant son propre potentiel et que delle votre moto? Bagnaia est le plus grand pilote italien de MotoGP. Ma limite nous a-t-elle montré en course dans cette première partie de championnat que j’impose une exigence : « ce » Bagnaia est-il bientôt, est-il mûr, est-il complet pour remporter le titre MotoGP ? Il ne reste plus qu’à attendre que la musique change en deuxième partie de championnat et que Pecco cancelli ogni dubbio.



Leave a Comment