Luca Nardi, intervista tra tennis, dieta, allenamenti fisici e mentali

La joueuse de tennis, classe 2003, a pour objectif d’entrer dans le monde après 150 millions d’années : “Travailler pour faire moins d’erreurs avec la loi, même si les statistiques indiquent que c’est ma journée”

Pietro Razzini

@
peter78pr

Diciott’anni, un talent cristallin que son cui travaille avec toujours plus de professionnalisme, une passion pour le tennis qui l’a poussé à macinare ore tra mundo di gioco e palestra. Luca Nadi fa partie de cette nouvelle génération de la racchetta qui farà parlare di sé. Obiettivi chiari in testa, piedi ben piantati a terra, ma ambizioni (giustamente) élèvent. A l’occasion du tournoi ATP Challenger 250 organisé par Maître Groupe Sporten collaboration avec le Région Émilie-Romagneau Président Tennis Club de ParmeLuca a raccontato i segreti del suo tennis a Gazzetta active: « Gioco tornei in giro per il mondo da gennaio a novembre. Il est inévitable que la partie importante de la préparation aura lieu en décembre. A ciò si aggiungono dei richiami pendant l’anno, nei brevi periodi en cui rientro casa: lo scopo è quello de fornire el corpo i giusti stimoli por dare new lympha to the precedent dur labeur”.

Venez si svolge un typique giornata di formation?

“Dites mon alleno tre ore e mezzo la mattina, dalle 9 ale 12h30 : cerco di gestire il tempo de manière équilibrée sur l’arène et sur le terrain. Au pomeriggio invece, la situation change en fonction du degré de stanchezza et du tournoi suivant : dalle 15 alle 18 no mancano mai due ore de tennis e un’ora de atletica ».

Votre remplissage en fonction de la surface change-t-il son entretien ?

« Je suis sûr qu’il y a de la diversité : dans la période du match au sol, par exemple, si je m’arrache les cheveux pour le vivre physiquement, je parlais d’une surface qui allunga gli scambi et de la durée du match. Quindi nella tabella di preparazione ci sono sempre parecchia corsa e tante mûre”.

« Dans ce cas, la ligne est simile ma si lavora maggiormente sulla forza in palestre. Sa superficie et colpi di inizio gioco sono molto importanti : massima atenzione, quindi, a battuta e risposta. La différence avec la terre est évidente : le palla saute de più, le point se construit avec intelligence. De plus, le corps a des sollecitazioni divers : basti I will think alle scivolate che sul terrain degli US Open sono inpensabili, mentre quello de Roland Garros sono quotidianità ».

A propos de Stati Uniti : comment gérez-vous l’avancement d’un ATP qui est important ?

«Andrò negli déclare participer au tournoi du Grand Chelem. Prima sarò présente à un paio di Challenger dall’altra parte dell’Oceano. L’impegno sarà massimo également en quête due occasioni. Le domaine principal, cependant, sera celui de l’adaptation à la surface et à toutes les conditions climatiques ».

D’ici 2022, quel est l’objectif s’il s’agit de données ?

« Nous avons eu une longue discussion avec l’équipe en début de saison : la volonté est que celui qui est arrivé à la fin de l’année solaire entre dans les 150 premiers postes en classifica. Ora siamo a metà anno e sono autour de la centosettantesima posizione : sono abbastanza soddisfatto e fiducioso di poter J’élèverai l’asticella posta de dicembre avec mon allenatore, Francesco Sani ».

Un rêve contemporain grimpe dans la classifica : Carlos Alcaraz.

« In passato ci siamo scontrati quattro volte. Ho toujours personne. Mai in maniera netta : en temps voulu, ho avuto également match point en ma faveur. Io et Carlos nous étions très amis, nous le connaissions très bien tennistiquement et personnellement. Aneddoti ? Autant et particulièrement divertissant que je préférerais ne pas en parler publiquement ».

Quel est son colpo migliore et son quale must lavorare di più ?

«Je numérote dicono che con il diritto realizzo tanti punti. Lo gioco spesso rischiando un po’ di più. Quindi sono portato a commitre qualche errore di troppo. Cet aspect est en toute sécurité da migliorare. Inoltre a pensé sia ​​giusto parler aussi du service : c’est toujours plus important dans le tennis moderne. Je le remplis en faisant tant de mûrissements ».

Il suo riscaldamento pre-gara come si svolge?

“Ci sono atleti che lavorano 40 minutes prima di un match. Io, invece, j’aime une gestion très rapide : 15 ou 20 minutes maximum. J’ai travaillé dur pour activer mon corps rapidement. Il meccanismo è quasi semper lo stesso : ogni both inserisco qualche piccola variant ma mi piace la routine, senza mai sfociare nella scaramanzia ».

Pas seulement physique mais aussi testa : venez si vous vous déplacez dans ce domaine ?

« J’ai un psychologue du sport à ma disposition pour m’aider au moment où je ne risque pas de donner le meilleur du terrain. C’est un ottimo professionista : il travaille avec les alcuni dei migliori italiani du circuit tra cui Berrettini e Musetti. J’ai aiutato a capire come migliorare surmonter le difficoltà sul mio percorso”.

Tra le difficoltà si possono inserire ache le renonce che diciottenne deve fare per diventare un campione?

« Honnêtement, je ne vis pas cet aspect masculin parce que ma place joue au tennis. Certes, c’est toujours fuori casa, il est difficile d’entretenir et de rapporter avec les gli amici storici. Mais tout le reste, pas mon poids ».

On écoute l’aspect nutritionnel : c’est compliqué à gérer et pasti le matin ?

“Tutto dépend évidemment du calendrier dans lequel je dois entrer sur le terrain. La base est toujours une bonne collazione que je me permets de restaurer leggero tôt. Cela dans le cas si giochi nel primo pomeriggio. Il concetto chiave è quello di non appesantirsi nel pre-gara grass”.



Leave a Comment