Fenix Trophy, la Champions dei Dilettanti nel segno dell’amicizia. E l’Italia c’è

Si j’essayais de donner un tournoi homologué par l’Uefa, avec un slogan particulier : « Se faire des amis, pas des millionnaires ». Otto le squadre, tra cui l’AS Lodigiani Calcio 1972 et le Brera FC of president Aleotti che domani affronterà all’Arena di Milano lo United of Manchester

J’ai allumé un autre squadre, du sette diversi paesi europei. Mettile affronté dans un tournoi international approuvé par l’UEFA, avec à la fois Gironi et les huit derniers. Pas è la Champions League: ci assomiglia… ma non troppo. L’obiettivo, dans ce cas, n’est pas (encore moins) quello di arrivare in fondo. Si chiama Trofeo Fenix ​​​​e nasce per unire, connettere e condividere. “Se faire des amis, pas des millionnaires” est le slogan de la présentation, couplé avec un autre realtà du calcium dilettantistico européen à travers les cotisations italiennes : Brera FC et AS Lodigiani Calcio 1972.

L’idée

Pour étudier l’origine du roman, j’y reviendrai en temps voulu, lorsque la série mineure a été interrompue en raison de la pandémie. “Nous avons créé un groupe de travail, profitant de l’arrêt en ripostant leur truc mancasse alla notre société : une part dans les Champions est la première chose que nous avons à l’esprit, parce que nous sommes messi all’operando close club stranieri da coinvolgere nell’ iniziative ». Pour raccontare le né du tournoi est Alessandro Aleotti, fondateur et président du Brera FC. Mercoledì sera, all’Arena Civica di Parco Sempione, i neroverdi scenderanno in campo for the second giornata della phase a gironi del Trofeo: gli avversari saranno gli inglesi dello United of Manchester.

Identité

«Arriveranno a Milano avec environ deux cents tifosi d’affilée. Nelle gare interne, possono dira son un stadio di proprietà e oltre tremila spectateuri – continue Aleotti -. Per tutti i match del Fenix, on s’attend à ce que la squadra di casa offre un accueil à 360 degrés agli avversari, payant loro l’albergo, il voyage, organisant un dîner et une fête après la fête”. Sur la base, avec un credo fondamental : le calcium dilettantiste n’est pas qu’un mezzo pour faire avancer le professionnalisme, il y a une opportunité de développer des projets qui ne sont pas liés aux seuls résultats du terrain : « Il Brera oggi est en Prima Categoria ed è chiaro che va conquérir la promotion ci farebbe piacere. Le point, cependant, est autre: le système calcaire actuel a une structure pyramidale, qui voit et cinq principaux champions européens comme point d’arrivée. L’homme part que s’il surgit de la vie, la société est toujours plus pauvre, frustrée, anxieuse d’arriver de nouveau haut au prix de renoncer à ma propre identité. Il denaro finisce per diventare una priorità, ma con il pallone non è giusto sia così. Provate a chiedere a unimpiegato di lavorare senza stipendio : si rifiuterà. Essayez de chiedergli, invece, dites giocare au calcium senza essere pagoto…”.

ESCOUADE « CULTE »

Not si tratta del più classico “no al Calcium Moderno”, sentito e risenito negli stadi : “Le nostre partite sono trasmesse in streaming, le squadre viaggiano in aereo, nous avons tellement apprécié la technologie. Le contraste n’est pas tant avec le calcium moderne qu’avec la commercialisation du dernier ». “Mercificazione” est une liste parola da nera per le squadre partecipanti, dit l’histoire de United ou dell’HFC Falke. Le due società sono nate en seguito al passaggio dei Red Devils e dell’Amburgo nelle mani di Glazer e di una Spa tedesca : i tifosi non ci stavano, hanno provato ad opporsi, alla fine hanno fondato un perrot club che gestiscono in qualità di membri et la typhoïde. “Si vous essayez due squadre nate in contesti simili and diventate cult per via dello stretto legame tra calciatori e supporters – spiega Aleotti -. Noi, invece, siamo più simili ai Raptors di Praga e allo Zly di Varsavia”. Les deux i milanesi quanto i cechi ei polacchi, riuniscono nello spogliatoio atleti di etnie, religioni e culture differenti. Pour compléter le tabellone, ecco le CD Cuenca de Mestalles – fondé en 1925, dans le passé affiliation persino al Valencia -, le Lodigiani et le DWS, formation unique avec un passé tra i pro. I romani, oggi in Promozione per via dell’acquisto del titolo dell’Atletico San Basilio, vent’anni fa erano in C2 with Luca Toni al centro dell’attacco. Le DWS, dont le siège est à Amsterdam, en 1964, a connu un triomphe en Eredivisie: chaque année après que la première escouade a rejoint un autre club, donnant vie à all’FC Amsterdam, il a vécu mais a continué à fonctionner, formant Giovanni del Calibro di … Rijkaard et Gulit.

ROUTE VERS RIMINI

La clôture de la phase à Gironi – en raison de quatre effectifs – est au programme de Maggio, tandis que les huit derniers auront lieu à Rimini les 11 et 12 juin : « Le premier classificate si sfideranno tra loro, lo stesso faranno le seconde, le terze e le quarte, così da stilare una graduatoria finale – conclure Aleotti -. Tutti i club si incontreranno dans ce siège, soutenant une série d’activités bénéficiant du respect d’un partenariat stable all’inzio della stagione ». Otto formazioni, otto identità che vogliono affermarsi sul campo dans un palescenico internazionale insolite. Fuori dal rettangolo verde, però, è tutta un’altra storia: “faire des amis” è la parola d’ordine.

.

Leave a Comment