è Dennis Foggia il leader

Il passaggio dell’iridato spagnolo en Moto2 lascia spazio ad altre forze, avec l’italien de la Honda Leopard subito en évidence et chiamato a sfruttare l’occasione. La catégorie par il 2022 si elle présente beaucoup de combat, c’est une ancre vue troppo uniquement comme un passaggio obbligato verso le MotoGP

Massimo Falcioni

24 février

Orfana di Pedro Acosta, premier Moto3 dans la première étape et l’an dernier en Moto2, la catégorie “mineur” de la Motomondiale est appelée par le dernier test pré-championnat à Portimao avec Dennis Foggia, un grand protagoniste, seulement sous 1’47 », avec Le record était de 1’46.990. A prova d’orgoglio e di forza, quella del 21enne campione di Palestrina, qui le met “d’ufficio”, se non come erede del mattatore Acosta, compte tenu des diverses caractéristiques technico-agonistiques et aussi umane, comme le pilote de la batterie dans le 2022. Si vous ne verrez que le premier tour du 6 mars au Qatar, la candidature au titre sera pour Foggia un point de vue et un verset spinta décisif l’agognato traguardo iridato oppure un handicap, compte tenu du poids que porte le pression de chi sa di non potere sbagliare.

tous les protagonistes

Nella combinata, dunque, italiani sulla vetta delle due prime posizioni : 52 millesimi du leader Foggia c’è infatti Andrea Migno en 1’47.042 (Honda Sniper), une autre paire pilota-squadra-moto davvero super. Tous les autres “azzurri” sont passés dans le top 10 : 11e à +0.769 Riccardo Rossi (1’47.759, Honda Team Sic 58), 13e Alberto Surra (1’47.837, Honda Snipers Team), 20e Stefano Nepa (1’48.173 (Ktm team MTA), avec le rookie du team Avintia, Elia Bartolini (1’48.382) et Matteo Bertelle (1’48.577), respectivement en 22ème et 24ème position. ), Quarto Ayumu Sasaki (1’47.553) avec la Husqvarna du Team di Max Biaggi, suivi de David Munoz (1’47.618), le surprenant vice-champion ragazzino de la Mondiale Junior 2021 qui sera au championnat du monde de saut d’obstacles 2022 dans le premier sept round, nous avons encore au moins 16 ans, mais Sesto, avec la deuxième Honda du Team Leopard, l’équipe de Foggia, Tatsuki Suzuki (1’47.625), suivi de Masia (1’47.654), Oncu ( 1’47.659), Garcia (1’47.696), Toba (1′ 47.699. Chiude 29a (1’49.293), ma migliorando constantmente i suoi tempi, la reentrante e attesissima Ana Carrasco. Dunque, i primi tre racchiusi i n 0″3 ; i first five in 0″6, i first ten in 0″7, i first diciotto in 1″: une image qui anticipe la prochaine bataille en piste.

la svolta avec le léopard

De retour à Foggia et en lisant son curriculum vitae, Dennis semble être un “vétéran” perché, petit plus che 21enne, è oramai a vecchia conoscenza della Moto3 mondiale, ayant fait ses débuts en 2017. posizione finale), avec l’exploit della scorsa stagione, alla fine ottimo secondo dietro alla nuova stella Acosta, dopo cinque vittorie, due secondi posti e tre terzi. Le « bébé » Foggia a joué un rôle important : en 2017, il a été le troisième Italien consécutif à remporter le titre CEV Moto3 par Nicolò Bulega (2015) et Lorenzo Dalla Porta (2016), pour la première fois en Moto3 en 2019, la fin dont ‘seul italien dans le monde dans cette catégorie. Le pilote de Palestrina a été engagé “au bon moment” dans le championnat du monde Moto3 en 2018 depuis la grille principale, avec le Team SKY VR46 de l’équipe de Nicolò Bulega, seulement 19e à l’issue de l’étape (un seul podium : troisième en Thaïlande) et seulement 12e en 2019 (ancre un seul podium : troisième et Aragon) dans cette équipe avec Celestino Vietti. À quel moment, selon Dennis, l’engagement potentiel de parevano agonistique, lorsqu’en 2020 il passe dans la super équipe Leopard avec la Honda toujours considérée comme la plus compétitive, conquérant Brno sa première victoire et le deuxième poste du tour final à Portogallo, chiudendo le championnat en dixième position. Quindi il 2021, con la lotta per il titolo: titolo perso anche per la caduta dell’Algarve, complice la sciagurata staccata finale di Binder. Pilote indubitablement rapide, Foggia a été son talon d’Achille dans le « feeling » de la course, pas toujours au top dans la gestion de la stratégie de la victoire et du championnat, en payant souvent le prix. Alla sua stagione nel mondial Moto3, with the squadra e la moto da number one, Dennis no può che puntare al titolo, “senza se e senza ma”.

lot et trampoline

Revenant à l’époque du dernier test à Portimao, si vous pensez que vous aurez également un Moto3 infuocata. Ciò confirme la vocation et le caractère du salon Moto3, une catégorie qui, d’une certaine manière, a une scuola fatto aussi pour Moto2 et pour MotoGP, ainsi que diversifiée dans le plan technique et l’unité du concetto della corsa-spettacolo, i cui tempi sul giro mai così tanto ravvicinati negli oltre 70 anni di motomondiale, ne sono la premessa. Le Moto3, en effet, est devenu et a une valeur particulière qui va bien dans la catégorie. Catégorie qui non seulement “apprenez la danse” de l’autre ronde iridato, brûlant l’environnement et le cœur des appassionati sugli spalti degli autodromi e davanti alla tv, ma che fa da “nave scuola” per i giovani piloti preparali alle maggiori catégorie. Senza la Moto3 et sarebbe la MotoGP? O meglio: senza “questa” Moto3, ci sarebbe “questa” MotoGP? Toujours en moto depuis dix ans, les classi à petite cylindrée (125 et 250) font face à vano da fucina per i piloti che puntavano alle classi superiori (350 e soprattutto 500). Tuttavia ogni categoria aveva pari dignità e ci sono stati grandi campioni (in primis italiani), fra i più titolati e amati, che non hanno mai fatto il jump nella massima cilindrata. Come non ricordare Angel Nieto, Carlo Ubbiali, Tarquinio Provini, Luigi Taveri, Santiago Herrero, Gilberto Parlotti? Oggi, contrairement à la dernière décennie, la classi cosiddette “mineur” servi par i piloti soprattutto comme catégorie di “transito”, via obbligata per puntare alla top class, le MotoGP. Caso mai c’è a questione de “cultura” que riguarda en primis i piloti-ragazzini, i loro genitori, i rispettivi Team. Spesso le corse, en primis le Moto3, était intese sous la forme d’un duel all’arma bianca, a communiqué un instrument pour esaudire le proprie ambizioni, ainsi que le transporteur et les affaires. Tutto legittimo, per carità, ne dépassant pas mais la limite qui pourrait transformer la passion en une “malattia”, le sport dans une corrida, une giornata di festa dans une tragédie. Sa quête, en dehors de ses aspects non pochi de l’ordre technique, le Moto3 doit être soumis à une profonde fusilssione utile dans toutes les autres catégories, tout d’abord en MotoGP.



Leave a Comment