Ducati ufficiale, altra giornata difficile. Eppure Bagnaia fa sperare: ecco perché

La rossa di Borgo Panigale n’est pas stata in lotta per il successo en Argentine. Mail pilota piemontese ha lanciato alcuni segnali di risveglio da non trascurare: vi spieghiamo quali

Massimo Falcioni

– sources chaudes de rio hondo

No può che far piacere e inorgoglire il motociclismo Made in Italy il ritorno a vertex del Motomondiale dell’Aprilia, ieri alla prima victortoria en MotoGP grâce au succès d’Aleix Espargaro (premier dopo 200 corse en première classe) en vetta alla iridata a quota 45 punti davanti à Binder (38), Bastianini et Rins (36), Quartararo (35) et Mir (33). Le GP d’Argentine à Termas de Rio Hondo a célébré à travers l’Italie également grâce au deuxième poste de Martin sa Ducati, pour une doppietta di Italiane che nella classe Regina Mancava da 52 anni. Précisément en 1970 quand ad Assen, en 500, le premier était le MV Agusta de Giacomo Agostini et le second à l’Aermacchi d’Angelo Bergamonti.

un handicap qui a pesé

Restant mais en deçà des attentes et des résultats de la Ducati uficiali de Francesco Bagnaia, cinquième en gara (+5.84 dal primo Espargaro) et quatorzième (12 points) au classement général et de Jack Miller 14e (+14.898) et onzième (15 points) en championnat. Une situation, celle de l’équipe officielle de Borgo Panigale, qui sera analysée de manière réaliste. Il mondiale est iniziato in salita ma non est absolument perduto. Je dirai que le Ducati MotoGP 2022 est un projet sbagliato car il ne reste qu’ammetterlo et fait un pas indietro, juste di harakiri, fuori da ogni technique logique e da ogni oggettiva considération. Le GP d’Argentine est particulièrement difficile pour les pilotes Ducati, non seulement en raison de ses caractéristiques négatives avec de l’asphalte mou, avec une adhérence scarso et tant de “dossi”, mais soprattutto en raison de l’annulation du dû turni di prouver ufficiali del venerdì lui faire remarquer vicende del ritardo degli aerei avec le materiale da corsa. E’ stato così per tutti, oui, je dirai. Véro. C’est un handicap très lourd pour Ducati, avec des solutions techniques innovantes qui ont été testées depuis longtemps pour que le tableau pointe, étant la configuration basée sur le bolidi non ancora stabilito 2022.

promesse de terre en europe

Ciò è confermato proprio dall’ultima course en Argentine a plongé la moto de Bagnaia et Miller “pompavano”, specie nelle courbe veloci, presque comme le 500 de Hailwood et Agostini des tempi du motocyclisme héroïque. Dans cette situation, pour payer la fin du salaire, je suis soprattutto i piloti. Une situation qui va certainement s’améliorer prochainement, emmenant son circuit européen dove, di fatto, Ducati può godere di assetti base già durablement stabilisé en consentant à son piloti di poter tradurre in tempo sul giro et in risultati tutto il loro potenziale. Je reviendrai indietro, cioè alle moto 2021, sarebbe la strada che a lungo porterebbe in un vicolo cieco. A la hauteur des Termas de Rio Hondo, d’un autre kilomètre, la Ducati 2021 n’est pas un mètre quand l’année manque de la bonne orthographe. Et, communément, la bonne voie est la vitesse à Bagnaia : 345,5 km/h, une confirmation de la qualité de vitesse du rouge.

la chronologie de peco

En ce qui concerne le sujet piloti ufficiali e non, Ducati fa bene a Jorge Martin dei dei “suoi”, valorizzandolo per come guida e per come fa risultato. Ma Bagnaia soustrait le numéro 1. Ieri Pecco, intelligemment, mais un autre auteur d’une grande reprise, a évité la tentation d’exagérer dans une course commune difficile à magari rischiando un obsolète, ramenant à la maison un cinquième posto, base d’une éventuelle scission pour la course au titre Dans ce MotoGP techniquement “livellata” n’essere allo start in prima ou in seconda row crée un écart difficile à combler. I tempi sul giro in gara dimostrano che Pecco aveva un gran bel passo e che, soprattutto, migliorava sul finale : un martello verse metà gara : 1’39.802 (13e tour) ; 1’39. 883 (14e tour); 1’39.802 (virage de 15°) ; 1’39.451 (16ème tour) contre 1’1’39.758 de la battistrada Martin ; 1’39.670 (17ème tour) contre 1’39.643 di Martin ; 1’39.503 (18e tour) contre l’1’39.866 de la battistrada; 1’39.597 (19ème tour) contre 1’1’39.607 du cousin ; 1’39.667 (20e tour) contre 1’39.786 pour Martin ; 1’39.604 (21e tour) contre l’139.667 di Espargaro; 1’39.725 (22e tour) contre l’1’39.918 de la battistrada Espargaro; 1’39.813 (23ème tour) contre 1’1’39.802 du prime ; au dernier virage 1’39.991 contre 1’40 et passe les trois premiers. Un nouveau pas en avant pour le rosse lors du prochain tour du 10 avril à Austin sera la plus grande initiation d’administrateur pour le reste de l’Europe.



Leave a Comment