dai difetti Mercedes a Russell

Le peggiore degli scenari de Sir Lewis Hamilton, partito el Mondiale F1 2022 avec le but du rival dopo l’amarezza di Abu Dhabi : la performance de Mercedes et le talent de l’entreprise ont-ils imposé de redimensionner les ambitions du début d’année ?

Jules Caronia

“Ma ci sono anche dei punti per il tenth posto?”. Après sarcasme et délire, je l’ai échangé par radio avec Lewis Hamilton et l’ingénieur fido Peter Bonnington qui l’a informé du résultat final, il a entendu meglio di mille parole l’état d’esprit du sette volte iridato F1 alla flagiera a scacchi del GP Saudi Arabie. Un week-end totalement dimenticare, celui de Jeddah, a commencé par mille expérimentations d’atouts pour tenter de jeter le meilleur de sa Mercedes W13, puis s’est poursuivi par l’élimination en Q1, avec la part du quinzième cas sur la grille et avec une belle mais rimonta de fond tendenzially inefficace. Perché si, ci saranno ache dei punti per il dixième posto – ce n’è juste un – ma di certo pas assez pour nourrir les ambitions du champion anglais.

HAMILTON, UN’ALTALENA DI EMOZIONI

Malinconia et sarcasme au traguardo di Jeddah fanno da contraltare alla (forse persino eccessiva) euphorie per il terzo posto portato a casa sette giorni prima à Bahreïn. Un podium presque vertigineux avec le double rythme surprenant du Red Bull, et Sir Lewis aveva salutato célébrant comme une victoire, tra urla di soddisfazione via radio et grandi sorrisi in parco chiuso. Un’esultanza que si poteva leggere with the compiacimento per i guai of the great rival Verstappen e per aver raccolto un buon bottino de punti – de certo de più di quelli pronosticabili alla vigilia – in ottica Mondiale. Ma che, adesso, alla luce delle prestazioni Mercedes a Jeddah, forse varrebbe la pena tarare d’une manière différente : un peu comme il accadeva lo scorso anno avec les apparitions sporadiques dans le top-3 de Ferrari ou McLaren, quand il y a le troisième machine in griglia e il distaco dai primi è così ampio, è bene godersi lo champagne. Perché non puoi sapere when ricapiterà di stappare una bottiglia dall’alto de un iridato podium…

MERCEDES F1 « INACCEPTABLE »

Au moment du pic émotionnel d’Hamilton, la vérité est que le fait du début de la saison est la cicatrice compétitive de la Mercedes. Nell’arco di meno di quattro mesi, il team di Toto Wolff si è ritrovato dall’avere la miglior monoposto, en degré de centrage pole position, tour rapide et victoire au GP d’Arabie le 5 décembre, à Douvres soffre avec une macchina difficile da mettere a punto e che gli stessi progettisti faticano a capire. Le W13 est innovant et avant-gardiste, extrême dans la conception de la marche latérale qui n’a pas stupito tutti au deuxième tour d’essai à Bahreïn ma, en une seule parola, est tout simplement trop lent pour impensierre poter i rivali Ferrari e Red Bull. L’équipe principale craint qu’en raison de l’élimination soudaine du super champion en Q1 – le dernier tour dans lequel il a réussi était le GP Brasile 2017, mais auquel cas il a eu un incident au premier tour de qualification – il a strigliato i suoi définissant il livello del team mange “inaccettabile”.

F1 2022, JE PROBLEME AVEC LA MERCEDES W13

Le problème le plus évident est le fait que la famille est en train de marsouiner, et que toute la vitesse est directement atteinte et que, pour l’instant, les ingénieurs de Brackley se risquent à contraster à la fois en augmentant la hauteur du terrain et en irriguant les suspensions, un gros sacrifice par velocità e guidabilità. Ma è also il drag, e cioè la resistance all’avanzamento, una grande preoccupazione nonostante l’assenza delle pance laterali. Autant que ce Wolff, dopo il Bahrain, aveva scherzato sull’utilizzo di un motosega por tagliare l’ala posteriore e ridurre l’excessivo carico aerodinamico, a handicap in rettilineo. Missione comunque failita, pas tant que celle que j’ai utilisée le week-end de Djeddah, un profil visiblement ridotto. E poi c’è il mistero della power unit : est-il difficile de croire que le plus grand moteur de griglia – est l’accusation de Red Bull dopo le retour de Hamilton à Interlagos 2021 ? – sia diventato il fanalino di coda nell’arco di neanche quattro mesi, è aussi vero che tutti i team Mercedes si trovano in fondo alla classifica delle velocità massime. Troppi punti interrogativi per consentir a Hamilton anche solo di sognare l’ottavo titolo iridato, quello del sorpasso a Michael Schumacher.

HAMILTON, RUSSELL EST UN PROBLÈME ?

Ultimo ma non ultimo, même la coexistence avec le ravissant George Russell risquait de devenir une nuisance. All’interno del box è stato chiaro sin da subito che il giovane inglese avrebbe dovuto studiare da appprendista, carpire i segreti del campione e provare ad applicarli at the wheel. Senza fretta, rispettando le gerarchie acquisite, magari aiutando Lewis pour attraper le rival tant désiré dopo l’amarezza di Abu Dhabi: une stratégie partagée pour spingere ancre un peu plus dans la performance de Hamilton, plus soprattutto pour préparer l’avenir de l’équipe Superstar de Senza la sua. Mais, bon, avec l’histoire que le compagno di squadra est le cousin de l’avversari, qui est aussi ancien que la Formule 1. définitivement, je dis certo non possono giovare al moral. Difficile, insomma, je vais imaginer un scénario peggiore pour le début de la stagione del sette volte iridato…



Leave a Comment