Cannes, il tema del corpo al centro del programma di domani – Cultura & Spettacoli

ANSA) – ROME, 22 MAG – Deuxièmement que l’ancien detto per cui i “duri” scendono dans le champ à un certain point de la partita, aussi le Festival commence au mettere sul tavolo le sue carte più attese all’inizio della seconda sétimana. Si vous êtes lasciato alle spalle il glamour dell’apertura, archiviatolo strapotere divistico de Tom Cruise, riconciliato con i cinefili, adesso allinea i cacciatori per la Palma. Au programme : – CRIMES DU FUTUR de David Cronenberg avec Viggo Mortensen, Léa Seydoux, Kristen Stewart. EN COMPÉTITION. Si Chiama Saul Tenser est une star du spectacle vivant, je la connais dans le monde entier.
Ma questa volta, avec l’aide de son partenaire Caprice, a décidé de remonter sur scène avec la transformation de son organe. Un’agent di polizia sorveglia da presso la coppia, a fondé un mystérieux groupe extrémiste qui n’a pas brisé sa scène… Tous soglie degli 80 anni il gran regista canadese décide de stupéfier à nouveau ritornando alla son ancienne ossessione par la transformation du corps humain et de tous ‘avvento della machine. I suoi migliori effetti speciali restano le emozioni, ma il suo new film è per spiriti forti.
– DECISION TO LEAVE de Park Chan-Wook avec Tang Wei, Park Hae-il, Go Kyung-pyo. EN COMPÉTITION. E’ anchor il corpo, la passione divorante, l’attrazione per will surpasse il limit that motive l’auteur di “Old Boy”. Qui la molla narrative è l’inchiesta su uno strano incident di montagna in cui ha perso la vita un uomo. Le détective Hae-Joon découvre rapidement s’il essaie de tuer et que le cousin présumé est la sœur décédée. Fruga nella sua vita, près de son échec de son alibi, dans le frattempo elle vit une attraction toujours plus intense, nourrie par la dame.
Il cinema di Park Chan-wook près de l’accès et s’effondre dans le segno de notre invisible.
– L’HISTOIRE NATURELLE DE LA DISTRUCTION par Sergei Loznitsa. FUORI CONCORSO. Presque comme une surprise, vu et tempi, le célèbre cinéaste ukrainien ne filme pas l’actualité, mais au contraire je m’en tiens à une page passée, mettant son talent de documentariste et d’histoire au service d’une page douloureuse de l’Europe : gli spietati bombardamenti alleati sulle città tedesche pendant la seconde guerre mondiale. Segue passa dopo passa l’inchiesta documentata de WG Sebald et il montre toute la douleur d’une population civile qui assiste à la morte dall’alto. Ieri bombe, oggi missili.
– NOS FRAGINS de Rachid Bouchareb avec Reda Kateb, Lyna Khoudri, Raphaël Personnaz. FUORI CONCORSO. La France ne diment pas le début des manifestations, presque une guerre civile, qui negli anni ’80 a lacéré le corps de la société qui se croit ethniquement et tolérant. Spetta au flûtiste à bec français d’origine algérienne rievocare le décès de Malik Oussekine lors de la contestation étudiante de 1986. Je montrerai comment la police et le gouvernement fermé du mètre vont se saisir de l’affaire à cause d’un autre décès, un ragazzo d’Algérien origine massacrée dans sa stessa notte dai poliziotti.
– MOONAGE DAYDREAM de Brett Morgen avec David Bowie. FUORI CONCORSO. Migliaia di foto, filmati inediti, ricordi di chi l’a connu et vu dans azione. Sulle note di un suo suo successo il documentaire, un authentique cadeau nocturne pour i fedeli del rock, traverse la vie du porteur Duca Bianco.
– BURNING DAYS de Emin Alper avec Selahattin PaşalÕ , Ekin Koç , Eylül Ersöz , Selin Yeninci. UN CERTAIN REGARD. Emre, procureur giovane in cerca di gloria, vient affecté à la ville touristique de Balkaya, sur sa côte sud de la Turquie. Ben presto deve confrontif with the corruption, le verità taciute, le manipolazioni di un mondo che dovrebbe contrastare. Sachez così Murat, il propriétaire du local quotidiano che molto gli potrebbe rivelare.
– JOYLAND de Saim Sadiq avec Sana Jafri, Ali Junejo, Sania Saeed.
UN CERTAIN REGARD. Le premier film pakistanais invité à Cannes voit également l’étude dans le poumonomètre du candidat au registre pour la Caméra d’or. Farà senz’altro sensazione il racconto (partiellement autobiographique) della scoperta del sesso da parte de Haider, épouse in attesa del figlio maschio che tutta la famiglia religieuse avec laquelle il vit. Haider invece, in segreto e alla ricerca di lavoro, ingaggiato in a cabaret came dove la danzatrici sono regine e si innamora della sensuale Biba. Per poi scoprire che l’ogget dellasua passione est un transgenre.
– LES CINQ DIABLES de Léa Mysius avec Adèle Exarchopoulos, Sally Drame, Swala Emati. QUINZAINE DES REALISATEURS. La piccola Vicky, père africain et mère biondissima, a un singolare dono : avverte con intensità morbosa tutti gli odori, li colleziona, li riproduit chiudendoli in bottiglie approprié. L’odore più ricercato è quello della madre a cui morbidly legata. Je finché a giorno arriva Julia, la soeur de son père. Qualcosa di esplode imprévu nella testa e nell’olfatto di Vicky. Davvero un film capable de créer le scandale, ma per il malessere sottile che traverser.
– DE HUMANI CORPORIS FABRICA de Verena Paravel et Lucien Castaing-Taylor. QUINZAINE DES REALISATEURS. Dans un festival giornata dans lequel le véritable protagoniste est le corps humain, dans toutes ses manifestations et transformations non poteva mancare que ce saggio anatomique singulier a filmé negli ospedali e sui letti dei sofferenti suivant l’intuizioni dell’anatomista André Vesale, scienziato olandese quasi contemporain di Galileo et Leonardo, comme un perroquet antesignano della conoscenza del corpo e delle sue trasformazioni.
– TASAVOR d’Ali Behrad avec Leila Hatami. SEMAINE DE LA CRITIQUE. Une note à Téhéran. Une passeggera silencieuse, un taxi autiste habitué au fare domande. Une storia d’amore qui l’enfreint regole e che si consommée au bas de la note. Il ricordo court jusqu’à Kiarostami e Panahi, mais c’est nous qui ouvrons la voie à une nouvelle génération de cinéma iranien et au racconto d’une société en mutation. (ANSA).

.

Leave a Comment