BMW Superbike, Redding non basta. Motore, elettronica, team i problemi

La maison bavaroise n’est pas ancora riuscita pour fare quel balzo di competitività che insegue da tempo. Analyse du problème d’une équipe qui est probablement chiamata a scelte più coraggiose in Sbk

Massimo Falcioni

– Milan

Archiviati i premier en raison de la ronde stagionali di Aragon e Assen, le Superbike prend une première pause approdare all’Estoril (21-22 Maggio) et Misano (11-12 Giugno). Une mondiale, questo del 2022, a due facce: donne une partie Bautista (Ducati), Rea (Kawasaki), Razgatlioglu (Yamaha) à giocarsi in ogni gara i tre gradini del podio e dall’altra tutti gli altri che il podio lo vedono seulement davanti si éliminé, come accaduto fra Rea e Razgatlioglu in gara 2 ad Assen. Insomma, un championnat à toute vitesse, avec trois protagonistes assoluti et tutti gli altri to giocarsi il primo posto fuori dal podio. Fra i comprimari c’è Scott Redding sulla Bmw, le vice-champion britannique du monde Sbk 2021 avec la Ducati avec 7 victoires, 10 secondi posti e 5 terzi, et quest’anno pour le moment 12esimo in classifica generale avec 19 points contro i 109 del Capo classe Bautista suivi de Rea (91) et Razgatlioglu (64).

illusion

Parlare di delusione, en référence à combien de gras mettre fin à l’appariement Redding-Bmw, on voit peu le pedigree du pilote et les armoiries de la maison monégasque. Delusione not certo mitigata dal ritorno di Redding dans le top cinq de gara 2 ad Assen, cinquième également grâce à all’uscita del duo di testa Rea e Razgatlioglu, communiquée à quasi 15 secondes (14 672) dal vincitore. Un délire, però, annoncé. Perche ? Parce que, come dimostrato aussi dalle pesanti difficoltà dagli altri piloti in sella alle moto tedesche (il migliore è Loris Baz del team private Bonovo, 10° in classifica with 28 points) c’è a questione di competition della Bmw. Già dans le marais dans la dernière étape, Stoccarda a pensé qu’il y avait une “question maniaque” et que qui, compte tenu de l’avantage de all’ex champion du monde Tom Sykes, ingaggiando un champion de palla comme Redding, sarebbero est arrivé i risultati, compreso le titre agognathus Ma non è stato così e, senza una decisa svolta technica, la situazione non migliorerà, anzi potrebbe addirittura peggiorare.

gomme mangiate

Cette Bmw avec ce moteur (peraltro ottimo per la moto de serie, al top de vendite) qui exprime sa puissance (attorno ai 220 CV) “in alto” n’est pas compétitive soprattutto per la scarsa guidabilità e per come “mangia” le gomme . Toujours en Sbk, comme en MotoGP, la puissance du moteur n’est pas si décisive car une telle puissance sort de la main, comme si elle traduisait sulle gomme, car elle vient du geste du pilote dans l’autre circuit pour améliorer le guidage, oser plus carico L’aérodynamisme du parcours précédent améliore l’insertion dans la courbe et la vitesse impénétrable dans l’accélération qui augmentera la vitesse du virage. En somme, la compétitivité est l’équilibre de tous les composants qui permettent à tous les vélos au sol d’avoir leur puissance et offrent au cycliste la plus grande sensation et la possibilité d’apprendre d’abord son propre potentiel de « maniaque ».

ordre de scoppio

Chez Bmw j’ai pensé à la puissance gérer commodément la courbe de puissance avec l’électronique. Così no è stato e così no sarà proprio selon les caractéristiques du moteur 4 cylindres en ligne. Un problème également par d’autres cas, comme le Yamaha, qui a été résolu en changeant l’ordre de la portée. Toujours dans Bmw, avec ce schéma de disposition du moteur, j’ai dû décider si je ferais un tour en tournant le moteur sans détecter dans le sens inverse des aiguilles d’une montre d’une manière qui ne révèle pas l’effet gyroscopique avec le problème qui en résulte. Il va en modifiant la roue, appesantendolo, così da rendere plus dolce la connexion fra l’acceleratore e la spinta del motore sulla arrière. Le résultat est que beaucoup de choses ont changé et pesi e l’inerzia dei volani, a seconda dei circuiti. Aussi, le handicap du moteur dans une position trop basse, qui favorise le guidage de sa vitesse courbe, crée des problèmes de stabilité et de changement de sens de son circuit. Infine, c’è da lavorare sull’aerodinamica. Si vous dites : le SBK n’est pas le MotoGP et c’est vincolata da regolamenti tecnici ancora più restrittivi. Véro. Dans ce cas, il suffisait (basterebbe) d’homologuer un moteur diversifié, en fonction du choix d’une moto compétitive dans le monde du dérivé de série.

j’ai un problème d’équipe

C’è, infine, une questione di Team. Mancando (en Italie) un “Test-Team” (comme ceux de Ducati et Yamaha) Bmw, essentiellement, était le sviluppo della moto da corsa le week-end di gara. Parce que le moteur a tourné un peu ei problemi, invece di risolversi, oui assommano. Ora aiutino arriva da Dorna, Fim e Msma, accordant six jours d’essais supplémentaires à chi, comme Bmw (et aussi Honda HRC), est en difficulté. Sa question, aveva ragione Marc Bonger, l’ingegnere dulandese à la tête du casting de Corse de Monaco : « Per chi reste indietro nello sviluppo, il limite di ten giorni di test è un handicap pesantissimo ». Ma c’è il rischio a donné une nouvelle illusion. Visti i problemi strutturali delle attuali Bmw e il livello di competitività di Ducati, Yamaha e Kawasaki, no è difficile capire che non sarà a test in più a porre in prime row Redding ei suoi compagni. Ai vertici della grande casa tedesca, que pure investe come nessun’altra in Sbk, serve forse più coraggio, per keep in fact alla realtà and turn the page. Depuis le début officiel de 2019, le projet BMW Motorrad avance avec le tunnel “passo del gambero” senza uscire mai dal. Insistere senza una svolta, con questo motore, con questa moto, con questo team, potrebbe non essere vincente.



Leave a Comment